DORE_BEAUTY_PREGNANCY_ROUTINE_MIA_RIGDEN_

Beauty and The Bump

4 months ago by

Quand je me suis rendu compte que j’étais enceinte (une découverte inattendue mais heureuse), j’ai tout de suite pensé – certes après le bonheur, l’enthousiasme et l’angoisse “oh mon dieu comment c’est possible comment je peux élever un ENFANT”, à mon visage. Et plus spécifiquement, à mon hyperpigmentation. Tout avait commencé avec un traitement médical qui m’avait rendue hyper sensible et depuis, un ensemble de taches commençait à former une carte du monde sur mon front. Ça aurait pu être cool – sauf que c’était sur mon visage. Je le traitais, en bonne élève, avec du laser, des produits et une politique stricte “pas de soleil” et je commençais à voir des résultats… Et si mon coeur était aux anges en prévision de ce qui allait se passer, mon esprit calculait tout l’argent (et l’application) dépensé pour rien.

Parce que non seulement, le laser et l’hydroquinone (un des produits que j’utilisais pour atténuer mon hyperpigmentation) ne sont pas adaptés aux femmes enceintes mais en plus, les hormones en folie qui commençaient à envahir mon corps allaient me rendre encore plus sensible au soleil et donc, quasiment à coup sûr, accentuer mon hyperpigmentation. On dit que devenir mère, c’est capituler… et capituler face à ma routine beauté était le premier coup dur.

Je ne suis pas particulièrement superficielle – après trois ans de voyage, ce serait difficile -, c’est juste que ma carrière d’éditrice beauté m’avait suffisamment appris pour que je sache que pendant les neuf prochains mois (ou plus en cas d’allaitement… ce qui est encore mon cas), j’allais devoir abandonner toutes notions romantiques (c’est-à-dire mes illusions) de continuer à avoir l’air d’être dans la vingtaine. Et c’est parce que, en gros, toutes les choses qui m’aident dans ce domaine (le Botox, le rétinol) sont complètement interdites pendant la grossesse. Comme l’explique la Dr. Melissa Doft, chirurgienne esthétique doublement certifiée, “les femmes enceintes devraient éviter deux ingrédients, le rétinol (utilisé dans les produits anti-âge et contre l’acné) et l’hydroquinone (un éclaircissant pour la peau). On recense dans les articles publiés quatre cas dans lesquelles l’usage cutané du rétinol a conduit à des malformations physiques et mentales du foetus. L’hydroquinone n’est pas recommandée dans la mesure où le taux d’absorption est très élevé, même si aucun lien avec des malformations congénitales n’a été prouvé, mais peu de recherches ont été faites.” Et c’est exactement le problème : il n’y a tout simplement pas assez d’études faites pour comprendre ce qui est dangereux ou ce qui ne l’est pas, personne n’a envie de faire des expérimentations sur une femme enceinte. “Dans la plupart des cas, nous ne savons pas s’il y a un danger ; nous essayons simplement d’éviter ce qui n’est pas absolument nécessaire”, explique la Dr. Doft.

Et c’est à peu près ce que j’ai fait – j’y suis simplement allée doucement. Alors oui, les continents africain et nord-américain se sont rejoints sur mon front, mais je savais que je n’allais pas pouvoir éviter le mélasma et j’étais trop occupée à essayer de trouver de nouveaux usages créatifs à mes oreillers pour éviter d’avoir mal aux hanches et puis aussi, à faire grandir un bébé, pour m’en occuper.

Au fil des mois, ce qui a commencé à prendre de l’importance, c’était de trouver ce qui me faisait me sentir bien. J’utilisais la beauté comme un petit rituel de bien-être pour me sentir plus moi, moins comme une méduse malmenée par les flots.

Qu’est-ce que ça a donné dans mon cas ? En résumé : des bains et de l’huile. Parfois associés quand je voulais vraiment me lancer. J’ai utilisé tous les jours pendant ma grossesse l’huile de massage anti-vergetures Weleda. Je m’en massais religieusement les seins et le ventre après la douche. Certes, toute journaliste beauté qui se respecte va vous dire que les huiles n’aident pas à guérir ou même à prévenir les vergetures (nous pouvons blâmer la génétique sur ce point), mais elles aident à améliorer l’élasticité de la peau pour qu’elle s’étire plus facilement. Et puis, je l’utilisais avant tout parce que j’aimais l’odeur et que c’était agréable de passer un peu de temps chaque jour avec mon bébé. Surtout au fur et à mesure, quand mon ventre est passé du stade “sortie de table après un gros repas” à “yep, il y a un bébé là-dedans”.

Je me suis fait une manucure tous les mois et j’apportais mon propre vernis, qui était a minima “7-free” – c’est-à-dire, en langage beauté, qu’il ne contenait pas ces sept ingrédients potentiellement dangereux ou toxiques (comme le formaldéhyde, le Dibutyl Phthalate [DBP], le toluène, la résine formaldéhyde et le camphre, pour n’en donner que quelques-uns). J’adorais surtout deux marques australiennes, Paint Nail Lacquer et Kester Black – toutes deux 10-free. Je me faisais toujours une couleur neutre pour les mains, histoire d’avoir l’air d’une personne soignée tout en masquant tous les inévitables défauts (parce que je ne suis pas si soignée). Et je me faisais une pédicure de couleur vive parce que, même si je ne pouvais pas voir mes pieds, je voulais que ça soit la fête par là-bas. Je me faisais aussi un masque en tissu une fois par semaine, souvent dans le bain. Je portais du rouge à lèvres rouge (mon bien-aimé et fidèle Audacious Lipstick en Lana), tout particulièrement quand je ne me sentais pas bien. Je portais de la crème solaire tous.les.jours (c’est comme si j’avais des actions chez Clean Screen Ultra Violette) pour ne pas aggraver les choses sur mon front mais aussi parce que c’est le seul produit anti-âge sur lequel on peut compter (et honnêtement, le seul qui me restait). Je brossais mes cheveux et je bouclais souvent ma nouvelle chevelure de rêve (l’avantage d’être enceinte – j’avais enfin les cheveux dont j’avais toujours rêvés !). J’ai consacré du temps à mes sourcils. Et j’utilisais une crème pour le corps douce et sans parabène (une marque australienne très bon marché The Goat Skincare) parce qu’elle était agréable et parce que, quitte à mettre quelque chose sur mon plus grand organe, je voulais être sûre que c’était sans danger.

Et j’ai pris beaucoup de bains. Quasiment tous les jours en fait. J’ai même accouché dans un bain (pas ma baignoire, mais un bain quand même) parce que c’est là que je me sens bien et aussi parce que ça ne faisait pas mal du tout quand j’étais dans la baignoire. J’allumais une bougie chic, je mettais quelques gouttes d’huile pour le corps (mon huile préférée de tous les temps, Sodashi Serenity Body Oil) et je me contentais de buller un moment. Et ensuite je sortais, sans grâce et telle une baleine, mais au moins ma peau était douce et lumineuse comme de la soie.

En fait, j’essayais de traiter tout ce qui m’arrivait, de nous nourrir, ma peau et moi, du mieux que je pouvais. Mais assez parlé de moi, demandons son opinion à quelqu’un d’autre… comme à ces deux mères, éditrices beauté et amies. Parce que, comme pour tout pendant la grossesse, tout ce qui arrive à votre peau pendant cette période et tout ce que vous faites, ça dépend des gens.

Leigh Campbell, animatrice du podcast beauté le plus important en Australie, You Beauty, et mère depuis peu, le dit : “Normalement, j’ai une peau mixte à grasse mais pendant ma grossesse, ma peau était très sèche. Donc au lieu de chercher des gels légers, des produits matifiants ou des fonds de teint longue durée, j’étais en quête d’hydratation. Avant ma grossesse, j’avais des produits avec une version adaptée à la grossesse de la vitamine A donc je voulais continuer à les utiliser mais en fait, ma peau était plus sensible et ne les supportait plus.” Elle défend aussi avec ferveur les huiles comme l’huile pour le corps Weleda, la crème pour le corps et l’huile de jojoba The Jojoba Company pour le visage – le tout pour l’hydratation. Comme Leigh a déjà utilisé le Botox – et en a parlé -, je lui ai demandé les alternatives qu’elle avait trouvées pour la grossesse. “Rien, juste la souffrance. Mais honnêtement, on ne peut pas vraiment le remplacer selon moi et il n’y a pas de version cutanée que j’oserais utiliser pendant la grossesse. Mais comme j’ai pris du poids, mon visage avait l’air frais et j’étais satisfaite de mon visage sans Botox pendant la grossesse.” Elle offre aussi un conseil de génie à celles qui ont une césarienne : “Dès que le chirurgien l’autorise, en général après six semaines, achetez un gel à base de silicone pour atténuer la cicatrice.”

Alexis Teasdale, éditrice de @thefestiveco et mère de trois enfants, partage mon amour des bains. Elle n’a évidemment pas beaucoup de temps mais explique qu’une des choses qu’elle met en priorité, ce sont les bains : “J’adore les bains et quand j’en prenais pendant la grossesse, je pouvais aussi me faire un masque en tissu donc mon visage comme mon corps (et mon esprit !) en profitaient tous. J’adore particulièrement les masques aux enzymes et c’est parfait pendant un bain avec la vapeur.” Comme Leigh, la peau d’Alexis est devenue sèche pendant la grossesse donc elle est passée à la crème Avene Tolerance : “Une crème très épaisse à utiliser les jours où je sentais que ma peau avait vraiment du mal.” Mais ce n’est pas tout, elle a aussi ce conseil : “J’ai commencé à enlever ma crème nettoyante avec un disque Enjo. Je sais qu’ils sont faits pour être utilisés sans produits mais je trouve que leur côté légèrement rugueux était parfait pour éliminer toutes les impuretés de ma peau et la préparer parfaitement pour les autres produits.” Son autre grand conseil : les taies d’oreillers en soie Slip. “Je dois reconnaître que je les ai depuis des années et je n’avais jamais vraiment testé, je ne pensais pas que ça pouvait faire une telle différence. Je me trompais complètement ! Je n’arrive pas à croire à quel point c’est efficace ! Je me réveille sans avoir la peau qui tiraille. Et c’est génial que mes cheveux (avec plein de frisottis) soient aussi doux au réveil.”

Et qu’en disent les experts ? Quels sont leurs conseils – et est-ce qu’ils les suivent ? Nous leur avons aussi posé la question. Nadine Abramcyk, co-fondatrice de Tenoverten, une des pionnières des soins pour les ongles non toxiques (allez découvrir leur géniale collaboration de vernis à ongles avec HATCH ici). Elle explique qu’il y a certains ingrédients potentiellement dangereux dans les vernis à ongles, ils peuvent devenir dangereux quand on les respire trop. Il faut vraiment éviter le formaldéhyde (qu’on soit enceinte ou non) parce que c’est un produit cancérigène reconnu et on le trouve souvent dans votre base coat ou dans les produits durcissants.” Elle recommande aussi de veiller à la qualité de l’air dans le salon, de s’asseoir vers une source d’air pur et d’éviter les dissolvants à l’acétone (qui, en forte concentration, peuvent être potentiellement dangereux pour le foetus).

Dr. Loretta Ciraldo, MD, FAAD, dermatologue et fondatrice de Dr Loretta Skincare, recommande de toujours demander conseil à votre gynéco sur votre routine pendant la grossesse, mais “il y a quand même certaines choses qui sont notoirement mauvaises, comme les perturbateurs endocriniens : oxybenzone, parabens, phtalates, la lavande.” Elle ajoute aussi que certains parfums et huiles essentielles devraient être évités. “Des études ont prouvé que la cannelle, la gaulthérie (une sorte de menthe), le camphre, le basilic et le persil pouvaient perturber la grossesse”, indique-t-elle, “et quasiment toutes les femmes sont plus sensibles au soleil pendant la grossesse, donc utilisez bien de la crème solaire !”

Et pour finir, Dr. Doft donne ce conseil : “Les changements hormonaux peuvent vous donner plus d’acné donc je vous conseille de vous laver le visage deux fois par jour avec un produit doux. Vos pores seront plus susceptibles de se boucher donc n’utilisez qu’une crème hydratante légère, voire simplement un sérum.”

Mais, malgré toutes ces joies – l’acné potentielle, la sensibilité au soleil, l’hyperpigmentation, les vergetures, les varices, il y a quand même un avantage pour votre visage. “Pendant la grossesse, vos taux de progestérone sont élevés, ce qui dilate les vaisseaux sanguins et booste la circulation sanguine pour vous donner cet air radieux propre aux femmes enceintes. Et les niveaux d’oestrogène sont élevés aussi, ce qui augmente le niveau de collagène pour rendre votre peau plus forte et diminuer les petites rides”, selon Dr. Doft. Donc certes, pas de Botox ou d’hydroquinone, mais quelque chose de mieux (et de gratuit !) pour tenir 9 mois : un air radieux naturel. Est-ce que ce n’est pas génial de procréer ?

Shop the story

4 comments

Ajouter le votre
  • Lots of information but it’s so specific to this woman. I’d appreciate more general beauty advice for pregnant women. I never experienced skin discoloration during my pregnancy and wouldn’t have minded much if I did. But I’d love more info on body oils. I suffered from dry, itchy skin.
    Love more pregnancy related content!

  • My mom painted her nails with normal nail polish, and I came out fine. People should avoid finding weird stuff to obsess over. Kids are getting dumber and fatter if anything, so all of the new found knowledge is likely off.

  • Please site sources to your claim about retinol and pregnancy. I believe you’re talking about oral retinol which is very different than topical.

    Being pregnant means not being able to use, eat, or do like everything. So while I appreciate the content, the world needs less “you’re hurting your baby” with a damn mani/pedi and more “you’re doing a great job mom this is hard.”

  • Même soucis de pigmentation sur le front…. la crème conseillée est un véritable enfer. Plaque rouge, démangeaisons puissantes. j’ai le front écarlate comme si javais pris un coup de soleil et qu’en plus j avais des cloques… j’ai tout arrêté… je ne sais quoi mettre avec une peau si fragile et réactive !

From the Archives

DORÉ x THE OUTNET
  • DORÉ x THE OUTNET
  • Holiday Gifting
  • This or That
  • Happy Holidays!
  • #AtelierDoréDoes
  • How To...
dore the outnet sophie auster

A Creative Life: Sophie & Spencer

Julie Houts Atelier Dore

The Crown Julie

Sag Harbor Summer

Sag Harbor Summer

A Brand and a Soul: Phillip Lim

A Brand and a Soul: Phillip Lim

Pardon my french pat cleveland garance dore photo

Embracing Your Freedom: Pat Cleveland

Mating in Captivity: Esther Perel

Mating in Captivity: Esther Perel

Friendship, Support and Self-Deprecation: Rose & Laura

Friendship, Support and Self-Deprecation: Rose & Laura

Episode 5: Art of Entertaining: Gad Elmaleh and Alireza Niroomand

Episode 5: Art of Entertaining: Gad Elmaleh and Alireza Niroomand

Pardon My French Garance Dore Isabel Marant Caroline de Maigret photo

Episode 4: La Parisienne with Isabel Marant & Caroline de Maigret