ATELIER_DORE_BEAUTY_BRAIDS_2

Braided: A Visual Journey

7 months ago by

Pour écrire cet article, j’ai essayé désespérément de me souvenir de la première fois où je me suis vue avec des tresses. C’est un peu flou, mais ce dont je me souviens bien, c’est du moment où j’ai vu Brandy. Pendant mon enfance dans le Minnesota (où, comme vous pouvez l’imaginer, ça manque un peu de diversité), je me souviens avoir été tellement heureuse quand j’ai vu une fille noire qui me ressemblait tant avec un style cool. J’ai supplié ma mère de trouver quelqu’un pour me faire des tresses pour pouvoir reproduire son carré tressé – oui, avec les bouts brûlés, pour l’école.

Je suis restée patiemment assise chez une inconnue (je l’avais vraiment trouvée dans les pages jaunes) pendant qu’elle me tirait les cheveux, lisses à l’époque, pour recréer un faux carré tressé. Le jour des photos de classes, j’étais rayonnante malgré les dents qui me manquaient et mes lunettes peu chic. Pourquoi ? Parce que malgré les questions intrusives de mes camarades curieux, je me sentais aussi majestueuse qu’une reine. Et, encore aujourd’hui, quand je porte des tresses, je me sens fière. Pas seulement de moi mais aussi de mes ancêtres qui ont utilisé leurs chevelures comme une toile pour leur créativité.

Afin de célébrer cette riche histoire, j’ai contacté 4 femmes dont j’admire les tresses. Elles révèlent ci-dessous pourquoi leurs tresses sont une part si importante de leurs vies personnelles et professionnelles.

atelier dore braided a visual journey hair stories

Astou | @aminata.african.hair.braiding

Que représentent les tresses à tes yeux ?
Les tresses sont très importantes pour moi – elles représentent la culture, la beauté, la célébration, et presque tout le reste. Elles jouent un rôle significatif dans ma vie parce qu’elles font partie de qui je suis aujourd’hui et de qui je serai toujours. Là d’où je viens (le Sénégal), nous nous faisons tresser les cheveux pour les grandes occasions comme les fêtes. C’est normal pour moi.

Quand as-tu commencé à te tresser les cheveux ?
Déjà toute petite, j’allais dans le salon de ma mère. Je jouais en permanence avec les cheveux et les poupées qu’elle gardait là-bas. Et j’adorais faire des tresses, c’était si drôle ! J’allais l’aider le weekend quand je n’avais pas école. Et même quand je suis partie à la fac, je revenais au salon quand j’étais en vacances. J’ai appris en les observant, elle et ses employées.

Comment décrirais-tu ton style actuel ?
Mon style de tresses actuel s’appelle les “tresses sénégalaises”, il vient du Sénégal. C’est un style simple et facile à entretenir, qui évolue selon les souhaits des clientes. Mais celui-ci est un peu plus original en raison des cheveux utilisés.

Braided: A Visual Journey
atelier dore braided a visual journey hair stories

Pourquoi portes-tu des tresses ?
Quand je porte des tresses, je me sens cool, belle, joueuse et, surtout, je me sens sûre de moi. Je reçois plein de compliments de gens différents, ce qui me donne encore plus confiance en moi et me fais me sentir appréciée.

Quelle routine capillaire as-tu en ce moment ?
La plupart des gens ne comprennent pas que, quand on porte des tresses, il faut s’en occuper correctement. Il faut s’assurer d’avoir les cheveux suffisamment hydratés. En général, j’utilise de la graisse et parfois de l’huile, et en plus, je me lave soigneusement les cheveux. Comme ça ils sont propres, brillants et sains.

atelier dore braided a visual journey hair stories

Illeisha | @TheHairArtiste

En quoi les tresses ont-elles joué un rôle important dans ta vie ?
L’aventure a été longue – et les tresses en font partie depuis que j’ai commencé à tresser les cheveux de ma Barbie. On pourrait dire que faire des tresses a été le premier travail que je me suis donné enfant. Ça a commencé comme un moyen de m’exprimer et cela m’a permis de gagner de l’argent grâce à mon art. Je faisais même des tresses à mes camarades avant la danse !

Pourquoi es-tu surtout connue en tant que styliste ?
Je suis avant tout connue pour les transformations, les couleurs, les tresses et la texture. Je crois que mon style de tressage est unique grâce à l’expérience dans son ensemble, l’expérience créative et celle du salon, ainsi que pour mon oeil aiguisé et mon habileté à créer une coiffure à partir des tresses.

D’après toi, quelle perception le monde extérieur a-t-il de toi quand tu portes des tresses ?
Honnêtement, je fais plus attention à comment moi je me sens quand je porte des tresses, plutôt qu’à ce qu’on pense de moi. En ce moment, j’ai un style facile à entretenir parce que mon emploi du temps est plus chargé que d’habitude. Mes tresses reflètent la théorie de Nipsey Hussle, aujourd’hui décédé : “All Money In, No Money out”.

Braided: A Visual Journey

Que réponds-tu à ceux qui disent que les tresses ne font pas professionnel ?
*air intrigué*
*tend le bras pour serrer la main*
“Bonjour, je m’appelle Illeisha et mon métier, c’est de faire des tresses. Et je suis une créative hyper efficace.”

Que penses-tu de la récente “tendance” des tresses – ou des exemples d’appropriation culturelle chez des célébrités ?
Je suis derrière la chaise pour créer quotidiennement des styles de tresses et, de mon point de vue, ça n’a vraiment rien d’une “tendance”… Je me concentre sur la quantité de personnes qui choisissent de mieux prendre soin d’eux. Et en ce qui concerne l’appropriation culturelle, il est vraiment dommage que les gens ne fassent aucune recherche ou bien n’en aient simplement rien à faire. Voilà mon attitude : “Je ne peux rien contrôler d’autre que moi et mes créations donc, tant que je n’y contribue pas et que j’y mets activement un terme quand je peux, ça va.”

atelier dore braided a visual journey hair stories
atelier dore braided a visual journey hair stories
Braided: A Visual Journey

Diarhha | @Diarrhaxo

Depuis combien de temps te tresses-tu les cheveux ?
D’aussi loin que je me souvienne, j’ai porté les cheveux en tresses. Quand j’étais plus jeune, je n’avais pas le choix. Le dimanche ou le lundi soir, ma mère me tressait les cheveux en tresses africaines ou en box braids pour me protéger les cheveux pour l’école. Aujourd’hui, j’ai le choix. Les tresses protègent mes cheveux naturels et en plus, elles reflètent qui je suis à un moment donné. Je porte des box braids pour me sentir libre et impertinente. Je porte une afro bouclée quand je me sens aventureuse et sexy. Et des tresses africaines quand je pars en vacances, pour me dégager le visage. Aujourd’hui, la couronne que je porte me donne du pouvoir ! C’est dingue. Là, tout de suite, je porte les Havana Twists par Aminata African Hair Braiding. [Note de l’éditrice : Astou (en photo ci-dessus) est sa soeur.]

Peux-tu nous dire avec tes propres mots comment tu te sens quand tu portes des tresses ?
Je me sens moi-même. Ma mère tresse les cheveux de manière professionnelle, elle est spécialisée dans les coiffures africaines depuis presque 30 ans maintenant. Quand je porte des tresses, je la représente elle et sa lutte pour être propriétaire d’un salon en Amérique, après avoir émigré de Saint-Louis au Sénégal. Les tresses représentent, sous une forme artistique, tout son dur labeur. En sachant ce que je sais aujourd’hui, maintenant que je suis adulte, je suis vraiment fière quand je porte mes tresses.

Pourquoi les gens considèrent-ils que les tresses ne font pas “professionnel” pour travailler ?
Je pense trois choses de ses gens : ignorants, inquiets et jaloux. Ignorants parce qu’ils ne comprennent absolument pas que les tresses aident à protéger, discipliner et/ou faire pousser les cheveux. Inquiétude parce qu’elle naît de l’ignorance. Et jaloux parce que, honnêtement, tout le monde n’a pas la classe avec des tresses. C’est difficile pour ceux qui n’ont pas de cheveux ethniques ou crépus d’avoir des tresses, à cause de nos types de cheveux changeants. Pour être honnête, cela alimente parfois de la jalousie !

atelier dore braided a visual journey hair stories

Que penses-tu de la récente popularité des tresses dans les médias mainstream, tout particulièrement chez les personnes qui ne sont pas de couleur ?
Je ne suis pas fan. Il y a une différence entre l’appréciation et l’appropriation mais malheureusement, la pop culture ne cherche pas à la faire. C’est douloureux parce que beaucoup de nos histoires sont effacées au passage et c’est une version “plus lisse” qui est cultivée pour présenter un discours qui n’est tout simplement pas vrai. Ça ne nous rend pas justice. Nos difficultés, notre histoire, notre art, nos vies… c’est du plagiat dans toute sa splendeur.

Explique-nous la manière dont le monde te voit quand tu portes tes tresses.
Il y a une vérité cachée sur les tresses et la manière dont elles sont perçues dans le vrai monde – et tout particulièrement dans le monde de l’entreprise en Amérique. Ces dernières années, je me suis surprise à remettre en cause mon style de tresses et j’ai même décalé des entretiens d’embauche ou des rendez-vous où la première impression est importante à cause de mon style de tresses. Je me sentais emprisonnée et honteuse.

On m’a dit et conditionnée à penser que mes tresses n’avaient pas l’air “professionnel”. On m’a dit que j’avais l’air plus “lisse et raffinée” quand je n’avais pas les cheveux tressés. Les gens réagissent de manière différente face à des tresses. Aujourd’hui, j’y prête moins attention qu’à un stade moins avancé de ma carrière. Puisque je connais mon héritage et l’importance culturelle de mes tresses, je repousse ces pensées et je me sens plus forte en me montrant moi-même, ENTIÈREMENT.

atelier dore braided a visual journey hair stories

Kamilah | @MsHairandHumor

Pourquoi es-tu connue ?
On me connaît surtout pour les knotless braids. Cette technique sans noeud est une manière de faire des tresses sans le noeud traditionnel à la base. C’est une technique qui diminue la tension sur le crâne et permet d’avoir un mouvement immédiat après l’installation, au lieu d’attendre 5 à 7 jours. Cela devient de plus en plus populaire mais j’ai commencé à faire cette technique en 2016. Je ne l’ai pas inventée mais mes clients me disent souvent que je suis la première personne qu’ils connaissent à avoir offert ce service, ou bien qu’ils ont découvert l’existence de cette technique grâce à mes photos, vidéos et hashtags.

Quand portes-tu des tresses ?
De manière assez étonnante, je n’ai jamais porté toute ma chevelure en tresses. De temps en temps, je portais une seule tresse impressionnante pour faire passer un message. En tant que personne qui fait des tresses professionnellement, je n’aime pas “m’occuper” de mes propres cheveux et ça ne m’intéresse pas de prendre le temps de faire mes propres tresses. Mes cheveux ont toujours été “protégés” en tresses vanille ou en chignons naturels pendant mon enfance, et j’ai continué à le faire pendant des années. En grandissant, j’ai trouvé mon propre look et j’ai choisi de porter mes cheveux en afro bouclée un peu “sauvage”.

Braided: A Visual Journey

Comment sont tes cheveux en ce moment ?
Le style de tresses que je porte aujourd’hui est un remake d’un style de tresses assez classique de Sade. C’est un des premiers visages vus à la télévisions qui m’a fait me retourner et son style sans efforts m’a clairement influencée en grandissant. Il est clair que Sade représente une élégance classique. La photo d’elle dans un haut en jean avec les bras croisés et une longue tresse sur l’épaule est stupéfiante, même si on en minimise souvent l’importance. Cela montre à quel point la simplicité d’une tresse peut faire toute la différence. C’est mon remix de ce style emblématique.

Que représentent les tresses pour toi ?
Pour moi, les tresses représentent la famille, à cause de la manière dont elles sont apparues dans ma vie. Mon père m’a appris à me faire des tresses quand j’étais toute petite. Il était scout dans son enfance à Trinidad, il avait appris différents types de noeuds et les tresses en faisaient partie. Le fait que cette leçon qu’il avait apprise en étant scout soit devenue ma carrière est très significatif, c’est lourd de sens.

C’est une compétence que j’utilise depuis que je suis toute petite et elle m’a toujours permis de rencontrer des gens. Depuis les liens noués en jouant avec mon père aux liens avec des étrangers, je suis admirative du fait que quelque chose qui semble aussi simple soit devenu le fil conducteur de ma vie et ait eu un tel impact. J’ai rencontré tellement de gens grâce à mes compétences discrètes. Je n’ai jamais forcé le fait de faire des tresses, je ne m’en suis jamais servi pour de l’auto-promotion mais la nouvelle s’est répandue sans que je ne sache trop comment. Une fois que j’avais tressé les cheveux de quelqu’un, ça créait le buzz. L’un après l’autre, les gens me demandaient de leur tresser aussi les cheveux.

atelier dore braided a visual journey hair stories

19 comments

Ajouter le votre
  • WOW!!! It reminds me of when I was a child. We did a lot of braiding (and I’m white, not that it’s of any importance, do have big hair, and curls, and blond since I became gray). Sometimes I braid for fun but never wear it in public anymore. Now I wonder ‘why not? ». I’m really in love with the last two pictures with the enormous braid. But it is all wonderful and very beautiful!!! Maybe I should draw something with a braid as subject ;-D @fabiduister

  • I am jealous! (White girl, grey hair, etc) I would SO culturally appropriate this if I could because it is so beautiful……:)

  • love this. i am black from the US and my hair was in braids for most of my child hood. It was braided without braid hair back then. I loved having my hair braided in various styles and that no one would need to style my hair for a few weeks.

  • I love how you told the story of braids. As an AA woman, braids mean so much to our culture. It is so expressive and a great representation of our beauty.

  • Cécile MD 30 avril 2019, 3:47 / Répondre

    Thank you so much for this article, as a French white woman I truly feel ignorant, never knew braids were so important. Thanks for showing us how diverse beauty can be. These women are beautiful.

  • thank thank thank you. Very rarely do I see blog post about something i can truly connect with when it comes to beauty.

    Greatly appreciated.

  • Wow what an inspiring post!

  • This was such a great feature. These women are so beautiful and tell a beautiful story.

  • How much I loved this article from start to finish… There aren’t enough words in the English language. This article makes me feel so proud.

  • What a great story! Love the idea of braids being an armor of protection.
    On a fashion note – love that white denim jacket that Astou is wearing – can you share the brand?

  • Christina Holevas 1 mai 2019, 12:17

    Hi Kim! The jacket is from Vince.xx

  • As a middle aged AA woman – what a joy it is to finally see our hair appreciated –

    Just think laws are NOW being passed for what grows out of an AA woman’s naturally to not be discriminated against in the workplace.

  • Naydeline 2 mai 2019, 12:48

    Right! The fact that a law has to be enacted to allow AA women and WoC to wear the hair how it comes out of their head is ridiculous to me.

  • Naydeline 2 mai 2019, 12:48 / Répondre

    Love this story so so much! Thanks for sharing, as always. <3

  • Aissatou 2 mai 2019, 4:39 / Répondre

    I am so glad you are also feauturing black women in your stories. And this is beautiful of course!

  • Wow, I never realized wearing braids was considered ‘unprofessional’?? Living many years in London with so many ethnicities and so many many MANY styles of Afro hair.. wonderful to see what the girls in my office would turn up with next!! Love articles like this where people’s stories just speak for themselves, no other commentary needed :)

  • Just beautiful! No words, but beautiful. This website continues to be my daily dose of inspiration.

  • Shaolin 6 mai 2019, 3:37 / Répondre

    I am a black girl and i had a big cut. Now i desperately want to grow my hair and start braiding.
    What routines can i use to grow my hair faster

  • This is a great story. I appreciate the stories shared by these lovely women.

    I am white, but my hair is ultra thick, coarse, curly/frizzy and difficult to manage. I live in a warm, humid climate, and I would love to wear cornrows or twists. I don’t desire these styles due to “trendiness”, rather, I see them as a way to manage my difficult hair in a difficult climate. To the amazing braid artists in this story, would I be seen as being guilty of cultural appropriation? I ask this question with all due respect.

From the Archives

Holiday Gifting
  • Holiday Gifting
  • DORÉ x THE OUTNET
  • This or That
  • Happy Holidays!
  • #AtelierDoréDoes
  • How To...
Hill City

Hill City

Deb Watson’s Guide to Giving

Deb Watson’s Guide to Giving

The Gift of Giving Gifts

The Gift of Giving Gifts

lessons in gifting steven alan presents expert series garance dore photos

Lessons In… Gifting