DORE_PODCAST_PMF_CO_2

Stephanie Danan: Conscious Creation

2 months ago by

In Partnership With Co

Quand mon amie Stephanie Danan m’a proposé de participer à sa campagne pré-automne pour Co, la marque qu’elle a créée en collaboration avec son partenaire, Justin Kern, je me suis sentie extrêmement honorée. Pas seulement parce que je la respecte profondément, elle et tout ce qu’elle fait, et parce que j’ADORE la marque – mais surtout parce que je sais l’importance qu’elle attache au fait de collaborer avec des gens avec lesquels elle a une vraie relation d’un point de vue humain. C’est une chose chez elle que je trouve incroyablement inspirante et qui me touche de très près.

Elle a un parcours fascinant et elle a une honnêteté incroyablement rafraîchissante quand elle en parle.

Nous parlons ici de son parcours, de ses études et de son travail dans l’industrie du film pendant plus d’une décennie avant de pénétrer l’industrie de la mode, un monde dont elle avait juré qu’elle ne s’approcherait jamais.

Son histoire est pleine de sagesse, qu’elle a accumulée grâce à de longues réflexions et à des années passées à se débarrasser de toutes les couches pour pouvoir enfin vivre une vie en accord avec son identité profonde. J’espère que vous apprécierez autant que moi cette conversation avec Stephanie.

podcast cover

Stephanie Danan: Conscious Creation

Pardon My French with Garance Doré
Stephanie Danan: Conscious Creation

00:00
00:00

we are dore pardon my french stephanie co and garance dore

we are dore pardon my french stephanie co and garance dore

Sur son souhait, quand elle était plus jeune, de ne jamais travailler dans la mode…
J’ai grandi dedans mais j’ai juré que je ne travaillerais jamais dans la mode. Quand j’étais enfant, j’en ai eu une expérience très difficile. Ça me semblait très superficiel et je cherchais quelque chose de plus profond. Je ne sais pas si c’est la vie que mes parents menaient à l’époque, ou les vêtements. J’ai toujours aimé les vêtements, même quand je les rejetais, je les ai toujours aimés mais je voulais quelque chose de plus et c’est comme ça que j’ai atterri dans le monde du film.

Sur sa visite d’un ashram avec sa mère à 17 ans…
En quelques heures à peine, je me suis retrouvée dans un sari, un point sur le front, à réciter des psalmodies de manière un peu paniquée. J’ai fondu en larmes pendant les trois jours suivants. C’était l’expérience la plus extraordinaire de ma vie. J’ai craqué parce que toutes mes angoisses adolescentes sont remontées à la surface.

Comment le fait de prendre une classe de cinéma l’a aidée à comprendre qu’elle voulait raconter des histoires…
J’ai écrit un devoir sur un film et toute l’expérience, le fait de regarder le film, de le comprendre et d’écrire sur ce film, ressemblait à une aventure spirituelle. Tout le processus, le fait de comprendre comment on fait ou écrit un film, les acteurs, les histoires, tout m’a semblé très philosophique. La structure narrative me paraissait très réelle, je m’en sentais si proche. A partir de ce moment-là, je me suis dit que je voulais raconter des histoires et en faire mon métier.

Sur le fait de se sentir proche de ceux qui cherchent…
Je crois que je me sens tout simplement proche de ceux qui sont encore en train de se chercher. Quand on est en quête de soi-même et qu’on est honnête à ce sujet, ça veut en général dire qu’on est libre, qu’on accepte ses défauts sans essayer d’être parfait. Ce type de personnes sont les personnes qui sont un peu excentriques et donc un peu plus intéressantes.

Stephanie Danan: Conscious Creation
we are dore pardon my french stephanie co and garance dore

Sur le fait de se rebeller contre la tradition avant de se rendre compte qu’on baigne dedans…
On lutte contre la tradition, on se dit : “Je suis une femme moderne qui n’a pas besoin de ça. Ça ne me définit ni moi, ni mon succès.” Et puis je me suis retrouvée dans ma trentaine à essayer de suivre monsieur-tout-le-monde, comme une parfaite imbécile. C’est comme si quelqu’un m’avait droguée et que j’étais d’un seul coup devenue un robot. Comme tout le monde, on suit le chemin,et c’est un chemin qui implique de se marier, d’acheter une maison, de gagner de l’argent, d’avoir du succès, d’apprendre à cuisiner, d’être parfaite, d’être belle, de conduire la bonne voiture. Je ne sais pas comment ça s’est passé mais c’est comme si j’avais été hypnotisée pendant six ans et que je me réveillais en plein cauchemar !

Sur le fait d’accepter la fin de son mariage…
Quand je suis sortie de cette expérience, j’avais l’impression de m’être complètement perdue mais j’avais envie de me trouver, et surtout, de vivre enfin une vie qui me ressemble. Et quand on commence à vivre une vie qui nous ressemble, que tout en est en accord, c’est génial.

Sur sa prise de conscience qu’elle n’était pas une femme conventionnelle…
A partir du moment où j’ai commencé à me débarrasser de toutes les couches de choses superficielles, je me suis aussi débarrassée de l’idée que j’allais être dans cette relation parfaite avec un homme parfait, ou de ce que à quoi ma carrière allait ressembler. Un peu comme avec un oignon, on enlève, on enlève, et j’ai enfin atteint le coeur de mon identité. J’ai pris conscience que je n’étais en réalité pas une femme conventionnelle et que j’aimais des choses qui n’étaient pas conventionnelles.

Sur le fait de ne pas avoir une vie conventionnelle…
Quand ce qui était prévu ne s’était pas passé, je me suis retrouvée à 37 ans et j’ai pensé que ma vie allait être extraordinaire, avec ou sans enfant, avec ou sans mari. Ce n’est pas une meilleure vie, c’est une vie différente. Et je serai tout aussi heureuse avec cette vie qu’avec une autre vie. Je ne sais pas ce que le monde, ou dieu va me donner, ce que l’énergie va m’apporter. Mais je sais que je suis en contrôle de l’enthousiasme que j’ai face à l’une ou l’autre vie.

we are dore pardon my french stephanie co and garance dore

we are dore pardon my french stephanie co and garance dore

Sur l’attirance de la confiance en soi…
Quand on travaille beaucoup sur soi-même, quand on sort de quelque chose de difficile et de douloureux, et qu’on est prêt à faire un travail en profondeur, on commence à se sentir de plus en plus en pouvoir. On exalte ce sentiment de pouvoir, on se sent bien et je crois que c’est séduisant.

Sur les débuts de Co…
Nous avons très vite voulu commencer à nouer des projets ensemble – des projets de films, des projets artistiques. Et puis la mode a fait son apparition parmi les autres options, littéralement parce que nous nous sommes retrouvés un après-midi dans le garage de ma mère pour l’aider à faire du rangement, à ouvrir des cartons. Nous avons trouvé dans ces cartons tous les vêtements incroyables que ma mère portait dans les années 80, elle était tellement glamour. Elle portait Yohji Yamamoto et Commes des Garçons, elle était toujours impeccable, très avant-garde, à la pointe de la mode. Elle allait à des défilés avec Joyce Ma, elles étaient les it-girls. C’était vraiment incroyable. Ma jeunesse m’est revenue mais sous un jour positif cette fois. Nous nous sommes décidés pour un projet, nous ne savions pas que ça allait devenir quelque chose que nous allions faire pour longtemps, nous avions simplement pour projet de créer une collection. C’est comme ça que tout a commencé.

Sur le fait de créer un mode de vie plus épuré…
Nous voulons de moins en moins de produits dans nos placards, et nous voulons un mode de vie plus épuré. Je suis complètement d’accord avec ça, j’y crois à 100%. Je crois que c’est important d’avoir peu de choses, mais des choses belles, et que ces choses nous apportent de la joie. Cette idée d’enlever toutes les couches pour atteindre l’essentiel, tout est lié. Nous nous sommes basés sur cette philosophie pour dessiner nos produits et c’est très intéressant maintenant parce que nous vivons tellement dans l’excès, je le ressens profondément et cet excès de choses me brise le coeur. Dans la manière dont nous créons des produits et dont nous avons construit cette entreprise et cette plateforme, nous allons nous débarrasser d’encore plus de couches d’un point de vue philosophique, nous allons devenir plus épurés, plus raffinés pour atteindre l’essentiel, less is more.

Sur le fait de briser ou suivre les règles…
Il y a eu une période, dans les huit dernières années de vie de la marque, un moment où nous nous sommes dit, bon d’accord, nous avons besoin de grandir et de suivre quelques règles. Nous nous sommes rendu compte que ça ne marchait pas pour nous. Alors, durant la dernière année et demie, nous avons eu la révélation qu’en réalité, notre croissance allait être fondée intégralement sur le fait de faire des choses que nous aimons. Et selon nos propres termes. Parce que, quand on commence à avoir une croissance artificielle, il y a un décalage et les gens le sentent. Même si la croissance est lente, elle est réelle, authentique et elle nous permet de continuer à être nous-mêmes, fidèles à notre voix.

we are dore pardon my french stephanie co and garance dore
we are dore pardon my french stephanie co and garance dore
we are dore pardon my french stephanie co and garance dore

AUTRES SUJETS ABORDÉS
Rudolph Schindler
Une femme sous influence
Rêves de femmes : une enfance au harem by Fatima Mernissi
Mak Center for Art and Architecture

Un grand merci à Co pour nous laisser enregistrer dans leur magnifique showroom.

8 comments

Ajouter le votre
  • Pourquoi ce n’ Est pas en français???????????????????

  • I so loved this episode !! Probably one of my favourite in PMF’s history ! Thank you so much to Stephanie & Garance to share with us such an intimate, interesting, gentle, honest, spiritual and very very very inspiring conversation <3 <3 <3

  • I would like to know where all the commenters are? I would like to meet them again online, and have a chat with them, read their opinions, and see them CONFRONTING their ideas. I would like to get inspired! Is there an other place, blog, something, where I can find these people? Thanks!

  • Thank you so much for the inspiration and boosting confidence in who we are and where we are going! I enjoyed this episode till the last second ?

  • Dominique 18 juin 2019, 5:26 / Répondre

    Garance !! Merci de penser aux françaises !!!!
    Une mode de la rue française et des interviews en français … tu nous perds là ?

  • Thank you so much for this episode with Stephanie!!! I came across it at the right time of my life (finishing uni) and starting a new chapter!! I broke down in tears during the parts of talking about self discovery! Lots of love xx

  • Yes! I have just recently learned of Co from the brilliant Allyson Walsh of That’s Not My Age and she often extols the virtues of this brand. It’s lovely to know the face and soul behind the company. I’m on a path to simplicity and this brand seems to fit with how I am trying to edit my life . I had it all with a capital A, yet things have recently happened in the past few years that have made me question everything . I want to strip our life back to basics and am excited to include Co as part of this process . Thanks Garance for this feature and as always, requesting more of this – more pioneers of truth, rawness and simplicity .

  • The LA bashing was not cool. LA was great always and there has always been a strong art culture here it just was not as obvious. We were not weirdos then and just because it is on trend to move here now, it is not cool to dis all of us that knew it was magical long before you arrived.

From the Archives

La Plage
  • La Plage
  • This or That
  • Happy Holidays!
  • #AtelierDoréDoes
  • How To...
  • Things I Learned
dore swim beach rockaway summer imani randolph

Monochrome Swim

Beach on the Brain

atelier dore market story hats summer swim

Summer Hats

The Surf Lodge

The Surf Lodge

Net A Porter Atelier Dore

A L.A. Holiday

Down to Earth Swim

Down to Earth Swim

The Sun

The Sun

Sun

Sun

body happy garance dore photo

Body Happy