Photo Oct 22, 4 31 48 PM-cream

Aha Moments

11 months ago by

Les grands moments de Vérité (Vérité avec un grand V) ne se trouvent pas seulement en haut du Kilimandjaro ou au fin fond de l’Inde ou à Bali (vous vous souvenez, j’avais essayé).

Nan. Parfois, un bon vieux dîner, une rencontre bizarre, et hop ! On comprend un truc qu’on n’avait pas saisi en vingt ans de psy.

Tenez, voici trois grands moments de Vérité (ce qu’Oprah Winfrey appelle un un “ahah moment” ou une Révélation) tombés sur moi à des moments complètement inattendus.

Le meilleurs des dîners.

Ce dîner-là, il avait tout fait pour nous en mettre plein la vue. Organisé par une marque qui ne m’invitera plus jamais si je dis leur nom (c’est surtout que je ne m’en souviens plus, en fait), ce dîner prenait place à New York.

Et pour épater le gratin new-yorkais, il en faut.

On était donc tout en haut du millième étage d’un immeuble quasiment toujours en construction tellement on était les premiers à l’inaugurer.

La salle était belle et spacieuse, avec une vue imprenable sur New York à 360 degrés, et l’on entendait des woooow, et des aaaaaaah à chaque ouverture d’ascenceur.

N’ayant jamais été excitée par les préparatifs pour une soirée, j’avais probablement essayé de faire rentrer mes grandes jambes et mes épaules athlétiques dans une robe en taille zéro qui n’avait, mais alors, absolument aucune chance de m’aller.
Et vous savez quoi ? Je n’étais probablement pas la seule.

C’est peut-être pour ça que l’énergie qui se dégageait de l’assemblée était celle d’une terrible insécurité.

J’entendais les photographes s’exciter. Rihanna était là. Je ne sais plus qui d’autre était là. Bradley Cooper ? Ou était-ce à un autre dîner ? Je m’assieds, et Sophie Auster était ma voisine de table. On bavarde on bavarde on bavarde, l’entrée arrive, on bavarde, nos voisins de table sont à tomber de sommeil – et vlam, à un moment, je m’ennuie tellement profondément que je soupire :

“Bon, on se fait chier, mais on ne peut pas se plaindre, on a tellement de chance d’être là, hein ?”

Et là, Sophie se retourne vers moi et me dit :

“Mais grave qu’on peut se plaindre, c’est nul à chier ce dîner !!!”

Et là, moment de Vérité mais je vous jure les enfants, vraiment profond. On a le droit de se plaindre. Et même de se casser, si on veut.

Tout le luxe du monde et tous les emplâtres fashion du monde et toute la proximité du monde avec toutes les Rihanna du monde n’arrivent parfois pas à créer une atmosphère inspirante.

La formule du plus haut, plus cher, plus célèbre, parfois, c’est non seulement ennuyeux mais c’est aussi désespéré. Et oui, on a le droit de se plaindre.

Moi, c’est un truc que j’ai mis du temps à comprendre. J’avais l’impression que j’étais arrivée au firmament de ce monde – moi qui, au fond, peut-être, croyait venir de nulle part, tout ça – grâce à ce moment (et grâce à quelqu’un qui probablement connaissait très bien les pièges de ces milieux orgueilleux), j’osais enfin m’avouer que ce firmament-là ne me plaisait pas tant que ça.
Et même, que je m’y ennuyais profond.

C’est Kanye qui a raison.

J’ai rencontré Kanye il y a très longtemps sur les bancs des défilés. Il était gentil, doux, et humble. Il disait bonjour, et s’il venait avec quelques amis, il faisait tout pour ne pas jouer la star. Il était vraiment, honnêtement intéressé. Je le croise parfois à LA.

[Je trouve aussi que ce mec a fait plein de choses bien et qu’il faudrait aujourd’hui que quelqu’un de responsable s’occupe de sa santé mentale parce qu’il est en train de s’écrouler devant nos yeux et que le spectacle est bien trop triste et juteux pour la presse à scandale pour que ça s’arrête sans qu’il y ait un vrai drame. Ça me rend hyper triste bien sûr, parce que Donald Trump profite de tout ça, mais aussi parce que j’ai récemment regardé les documentaires sur Avicii et sur Whitney Houston et, bref – la célébrité, c’est violent et ça peut mener sur des chemins très, très sombres. ANYWAY. C’était mon point de vue sur Kanye.]

Ce jour-là, on bavardait après un défilé.

Je crois que j’avais demandé à Kanye qui l’envoyait sur les Fashion Weeks. La plupart des célébrités se font payer pour aller aux défilés. Première classe, palaces, ils se font habiller et payer des sommes coquettes pour se laisser prendre en photo au premier rang.

Et Kanye dit : « Mais moi, personne ne me paye. Je me paye moi-même. Je m’envoie moi-même aux fashion weeks. Je suis vraiment intéressé. Je ne suis pas là pour gagner de l’argent. »

Gah, comme ça avait résonné en moi.

Il est de coutume, dans la mode, d’accueillir les cadeaux avec un mélange de reconnaissance et d’obséquiosité. Beaucoup de gens y vivent d’ailleurs de cadeaux. Ils n’ont acheté aucun des vêtements qu’ils portent, ne payent aucun des hôtels cinq étoiles dans lesquels ils descendent et n’auraient jamais les moyens de se payer un billet d’avion en business class.

Et pourtant, non seulement ils adorent profiter de ces cadeaux, mais ils les attendent et finissent par penser que tout ça leur appartient. Qu’ils sont riches. Je connais des éditeurs qui passent leur vie entière d’un voyage de presse à l’autre, vivant une vie par procuration, au fond.

J’avais toujours ressenti un malaise à cette idée mais je n’arrivais pas à mettre le doigt dessus parce que, il n’y a pas à chier : voyager en business, c’est mieux que de voyager en coach.

Le problème, c’est que bien sûr, une fois qu’on a été gavé de privilèges à tel point qu’on en oublie qui on est vraiment – une personne normale avec un salaire normal – , c’est comme une drogue : on ferait absolument n’importe quoi pour ne pas perdre nos privilèges.

Et donc, on perd tout esprit critique. Quand on ne choisit pas ce qui nous est donné et que tout ce que l’on recherche, ce sont les oripeaux d’une vie de privilèges (accompagné par l’insécurité de savoir qu’au fond, rien de tout cela ne nous appartient) alors on finit par tout accepter de peur que la source se tarisse.

Alors que dire non aux dorures qui n’ont pas de sens, c’est non seulement le summum de l’élégance – mais c’est aussi l’unique moyen de rester vrai.

Et rester vrai, c’est l’unique façon de vivre.

Donc merci Kanye et j’espère que Kris Jenner va faire une intervention. Il me semble qu’elle seule a la poigne maternelle qu’il faut pour nous sortir du triste spectacle dont tu es la vedette.

The Fun Table and the boring table.

J’étais à l’un de ces dîners, encore une fois seule, mais heureusement, c’était quelques années plus tard. J’avais mûri et je n’étais plus autant encombrée par mes insécurités. J’étais habillée avec mes vêtements à moi, simples et confortables, et j’étais curieuse de la soirée, sans en attendre quoi que ce soit de spécial.

J’avais décidé de ne pas boire, et de faire un peu attention à ce que j’allais avaler ce soir-là. J’avais envie de me coucher tôt, d’aller au yoga le lendemain matin, d’être bien, quoi.

BREF, J’ÉTAIS COOL, MAIS J’ÉTAIS AUSSI CHIANTE.

Assise à mes côtés, un pot de make up souriant, mince comme sac Clasp Céline. Probablement une influenceuse, me disais-je.
En face de moi, une éditrice de mode sympa, mince comme un sac Clasp Céline.
De l’autre côté, mais trop loin pour vraiment faire sa connaissance, une jolie fille.

J’ai commencé à parler avec l’influenceuse, me disant que ce serait intéressant vu nos (accrochez-vous mes enfants) vingt ans d’écart, de savoir comment elle voyait le monde. Elle était douce, gentille.

Je lui dis : « Tu as vu toutes ces célébrités ? »
Elle me répond : « Non je ne connais personne, pour moi les célébrités, c’est sur Instagram. Les gens du cinéma et de la télé, je ne connais pas du tout. Je ne connais personne ici. » (Il y avait littéralement un parterre de célébrités.)

Je lui dis : « Alors tu vis à LA ? »
Elle me répond : « Oui, je suis venue pour tenter ma chance [ndlr : dans l’influencerie ?] mais c’est très dur quand même ici. »

Je lui dis : « Alors, de quoi tu parles sur tes plateformes ? »
Elle me répond : « De beauté, de mode, et d’empowerment. »

Je lui dis : « Ah, empowerment c’est intéressant, quel est ton message ? »
Elle me répond (yeux vides, faux cils en suspension) : « Ben, empowerment, quoi. »

Woooof, le dîner va être long, je me dis. J’essaye de lancer des sujets, mais rien ne prend. La conversation finit par se poser sur les pour et les contres du régime vegan, autrement dit la conversation la plus boring qui existe à la surface de la terre.

Le premier plat arrive et je me rends compte que non seulement personne ne boit à ma table, mais en plus, personne ne mange. L’éditrice de mode est vegan donc elle ne peut manger que des feuilles sans sauce. Quant à mon influenceuse (6 millions de followers puisque vous voulez savoir), elle est végétarienne et ne mange ni produit laitier ni sucre ni – je sais plus, enfin elle ne mange rien à part du make up.

Un peu comme moi, quoi.

ON EST OFFICIELLEMENT LA TABLE LA PLUS CHIANTE DE LA SOIRÉE – et je note parfaitement le parallèle avec ma vie, merci beaucoup.

Juste à côté de nous, quatre femmes sont pétées de rire. L’alcool coule à flots, les plats sont dégustés puis engloutis, dessert compris, les verres clinquent et les éclats de voix aussi. Je prie pour que quelque chose se passe et que je puisse échanger mon siège avec l’influenceuse qui est assise à côté de l’une d’entre elles (nos tables sont collées) et qui se perd dans un sourire vitreux à leurs blagues salaces – que je m’efforce d’entendre du mieux que je peux.

Ces filles sont intelligentes, sympas, drôles, hyper friendly et je donnerais tout le kale du monde pour être assise à leur table. Je me rends compte quelques temps plus tard que je suis en présente du posse de Tiffany Haddish qui est absolument hilarante et qu’il faut que tout le monde connaisse.

Moi, en général, je suis la fun table à moi toute seule. Quand il y a du fun à avoir, je saute dessus sans arrières pensées. Je bois, je mange, je ris, je fume, je parle trop fort et je kiffe la vie. C’est moi. C’est ma personnalité. Et même si parfois ça me joue des tours et que je le regrette, je ne me reconnais pas vraiment dans cette fille saine et posée que j’essaye (et que j’ai besoin) de devenir. Mais j’ai tenu bon.

J’ai su apprécier la fun table et exploser de rire à leur blagues, mais aussi comprendre la boring table et me dire que ces nanas étaient là pour leur job et qu’elles avaient tout à fait le droit de manger et de vivre comme bon leur semble. Et d’être timides. Et d’êtres jeunes et pleines de rêves et de make up…

J’ai pris ma voiture, claire comme au réveil tellement je n’avais bu que de l’eau pétillante. J’ai filé dans la nuit chaude de LA. J’étais bien, au clair avec mes choix.

C’est chouette parfois de savoir qu’on avait un but et de s’y tenir. De pouvoir passer quelques moments sympas avec la fun table et d’assumer les moments dans la vie où on est assis à la boring table…

Et qu’il y a des moments où c’est nécessaire, qu’il y a des moments où il faut accepter de changer, et que ça nous va très bien au teint.

37 comments

Ajouter le votre
  • Agh! Accidental Kanye click!
    I have a personal policy of never, ever clicking on anything that mentions Kanye West (or Susan Sarandon, but that’s another story). The attention he gets is clearly bad for him and bad for our nation, and I’m trying to do my part to lower his click rate.

    I mean, that’s not all I’m doing to make our country better – voting, canvassing and donating are also on the list! – but it is one small thing.

    So, if the limelight is killing Kanye (and I think your POV is admirably nuanced and empathetic), maybe don’t name him? This may be one small candle of attention on his name, but it still adds up.

    Your aha moments are, of course, as relevant and insightful as always.
    It’s just… accidental Kanye click! Aaaaagghhh!

  • Just because Kanye is supporting Trump doesn’t mean is having a breakdown…

  • Ettennyls 25 octobre 2018, 7:22

    Thanks @Rachel C for commenting this. My thoughts precisely.

  • He’s had breakdowns since his mother died and they keep escalating. Don’t downplay what are clearly his struggles with the loss of his mother and the impact that and his fame had on his mental health.

  • Ah you have described lif e in a nut shell. There is always the so-called « it  » group and parties. Sometimes people are fun, sometimes just trying too hard to look like they are having fun. The ones who don’t care and just be themselves are the lucky ones … in on the secret.

    Love your aha moments. I wish I had more of them in my 20’s when I worried about this stuff.

    Thanks for the perspective on Kanye. I tend to dislike all things related to the Kardashians. This makes me feel sorry for him and wish he finds his way.

  • Merci Garance pour cette histoire pleine de sincérité.
    Comme souvent, de plus en plus souvent même ;)

    Il faudrait que tous les jeunes gens qui n’ont d’autres but dans la vie que de « devenir célèbres », ou « riches », ou je ne sais quoi, via l’autoroute des réseaux sociaux, sous une apparence trompeuse de facilité, lisent ce genre de témoignages et cogitent un peu sur le sujet. Il est bon d’avoir d’autres buts dans la vie que de vivre en tant qu’invité permanent… de faire ses propres choix, d’aller là où on l’on a envie d’être, de payer ses voyages : ils n’en seront que meilleurs, car le fruit d’une récompense ou d’un rêve accompli grâce à son travail, son talent…
    Et comme tu le dis si bien, vivre ainsi et s’attacher à quelque chose que l’on a pas construit et qui peut s’écrouler à tout moment sans avoir aucune prise sur le château de cartes.

    La vraie vie est ailleurs !

  • Thank you for keeping things so real and so honest in such an unreal and feak world in which we are currently living! Love your post!

  • Lisa Walker 23 octobre 2018, 4:39 / Répondre

    I’ve cooked for the wealthiest, most famous people on this globe and let me tell you, AHA– they are BASIC. Money only affords you opportunity, but not the joy of being alive and really living. That comes from making shit and digging out life’s great stuff.

  • Great comment!

  • This rings true for me. I love the conversation everyone is having and the perspectives they are sharing.

  • Merci Garance pour ce post croquant ! Je me reconnais tellement dans la 3ème histoire, j’essaie moi aussi de me tenir à mes quelques convictions pour ma santé mentale (moins de sorties etc), parfois dur d’être à la boring table, mais le lendemain on est fière de nous les fesses en l’air en chien tête en bas (sans avoir avoir la nausée haha ;)… Jusqu’à la prochaine ! Et ce ne sera pas grave non plus.

    J’aime l’évolution du blog, suivre ton évolution en fin de compte ! 10 ans de lecture cette année :)

    xx
    Sissi

  • AHA! cet article est un AHA moment pour moi …. surtout la troisieme histoire et ta dernière phrase …. pile poile au bon moment !

  • Garance, anyone lucky enough to sit next to you is….lucky enough! I would really enjoy an evening listening to your travels, ideas and plans. And maybe you’d be interested in hearing mine.
    Your website is so wonderful.
    Thank You.

  • « …she doesn’t eat anything except makeup.. » A, ha, ha, good one!

  • J’aime bien les deux premiers moments, mais je ne suis pas sûre d’avoir compris le dernier – tant qu’à être à un dîner, ne vaut-il mieux pas s’amuser, qu’on boive de l’alcool ou non? Ce n’est pas parce qu’on n’est pas ivre ou pompette qu’on doit parler avec des gens ennuyeux qui n’ont rien à dire…

  • Nice piece…
    Coming back to Kanye for an un-accidental klick…
    Therese, Kanye is not related to the Kardashians, I would rather say that the Kardashians are related to Kanye. :D This is my perspective at least.
    I don’t care too much about what he has been doing outside music, even if I understand very well that the creativity and professionalism he shows in music also shows elsewhere, for ex in fashion.
    But he has been, and still is, one of the most brilliant musician and rap artist in the US, and perhaps in the world. I will never thank my son enough to insist on me listening to KW.

    KW is daring, he takes risks, sometimes he is mainstream but most of the time he is nowhere you wait for him. A great guy you probably remember talks much better than me about Kanye West:
    https://www.talkhouse.com/lou-reed-of-the-velvet-underground-talks-kanye-wests-yeezus/

    Besides, K.W. plays such an important role in american hiphop, rap, psychedelic/alternative rap or mainstream rap by working others, making space for them, creating with others, or « just » producing their work.
    Just one example: take Kid Cudi, already brilliant on his own, but when they have worked together it’s just pure magic, like their last masterpiece LP « Kids see ghosts », from last June.
    People in the music industry need him badly, at least still for a little while, and then there will be other daring, new little Kanye West growing up to take his place and be musical role models.
    You know, I am french, and the quality of french or european rap is, in comparison to what is made in the US, so poor, so so poor. I tried my best to like them, but I can’t, it’s mostly super boring. Kanye is a huge part of what makes american music great again. (no bad joke here)

    Now, he has chosen the worst horse in the political game, that’s an obvious problem, and that makes people either angry or very sad, or both. I don’t judge his mental health, maybe he is not twisted at all in his head and really sincere, I am uncomfortable with our need to find excuses to his behavior. I am afraid there is just no excuse.
    But actually, what he told you Garance about paying his own trips to the fashion show, this is the same thing, it is all about being totally free, even if this freedom is pushed to the limits to support the wrong person.
    But in any case, we should not forget what Kanye gave to the world. And that’s not only sneakers and kardashian babies (although they are probably very cute).

  • Jessica 24 octobre 2018, 6:22

    I’ll never forget what Kanye has added to our culture, and if I could somehow bathe Now Kanye’s brain in warm tub of the self-awareness, humility and grace of Then Kanye on, say, « Hey Mama » or « Jesus Walks, » I would.
    But I don’t think ignoring Every. Little. Thing. he does right now disrespects his history, since Now Kanye doesn’t show those qualities. As for whether we need him now… the crown of conscious hip hop has long been snatched by Kendrick, Donald Glover/Childish Gambino and the impressive self-resurrections of Tribe, among others.
    So, naaaaaaaah. I’ll continue to Never Click on KW.
    Agree to disagree.

  • A great read. Where very often we get swept up in the glamour of the photos we see, the IG stories we follow, the envious captions to complement the beauty in the visuals, it’s so refreshing to hear about BTS. Thanks for being so honest about how the appeal from the audience’s point of view can be just as equally isolating for the one’s we « envy ». In any situation.

    Gosh i’ve loved your comeback of posts Garance!

  • Super article, Merci Garance. Je suis en train d’expérimenter tout ce que tu décris, partir ou rester, être reconnaissant parce qu’on bosse dans un milieu de rêve qui n’est finalement pas si bien que ça, donc se demander si on doit se plaindre ou se taire parce qu’un tas de fille voudrait être à notre place et se rendre compte que notre place et pas si bien que ça. Etre entouré de gens malheureux qui reste pour la même stupide raison « on ne peut pas rêver mieux mon poste brille aux yeux des autres, mon bonheur compte peut ce qui compte c’est être dans les clous et briller ». C’est dur je trouve de trouver le juste milieu entre évoluer et écouter la personne qu’on est au fond de nous-même. Mais je crois que le but de toutes ces expériences, c’est de s’affirmer. je me rappellerais toujours cette phrase de toi ou de Scott, il faut créer sa propre définition de la réussite, pour moi c’est être entouré de gens bien, être heureuse, rire, ne pas me prendre la tête sur mon poids, porter des habits dans lesquelles je me sens à l’aise et styler, faire du sport juste pour me sentir bien et pas juste pour ressembler à quelqu’un que je ne suis pas (« le corps au régime ment » un dessin de Mistic sur de Charonne) j’ai juste envie de prendre soin de moi en connaissant la limite entre prendre soin de moi et développer un trouble du comportement alimentaire. En tout cas c’est top que tu t’exprimes sur ton expérience dans un monde de la mode (tout n’est pas comme ça).

  • Et l’illustration est super.

  • Est-ce que tu écris en anglais maintenant, et fais traduire ? J’ai un peu l’impression de lire un truc en VF alors que j’adooooore ton style :’-(

  • Veronica 26 octobre 2018, 10:53

    Hi Jess! Garance writes in both English and French, depending on the context. For this post she did write it in French and it was translated to English. xV

  • Harriet Forde 28 octobre 2018, 7:26 / Répondre

    Fabulous article and comments….link is broken so I guess I wont get my Kanye moment!

    I’m not sure how its possible to remain sane when putting yourself in the sort of limelight that Kanye et all have created around themselves.

  • Great article! I disagree with the “right to complain “ though-it’s so unproductive! What does complaining achieve? If you’re uncomfortable or don’t like something, change it! You always have a choice, like you could have left that party. On the other hand, your last story here is uplifting-you have clear goals and you stuck to them and you were proud for doing so. At that last party, instead of complaining, you chose to wear your own, comfortable clothes, you chose to get near the fun table and enjoy yourself. There is an evolution between these stories and I think it’s wonderful-we always have the choice to make the best of something, keep happy and positive, stick to our long term goals so that we can achieve more of what we really want in life.

  • Anne-Louise 28 octobre 2018, 8:32 / Répondre

    Love love love! ?
    Perfect Sunday reading, from someone who has tried several times to make the perfect circumstances to get an AHA moment herself ?

  • You have no right to comment on someone’s mental health.

  • I saw Kanye West circa 2013 in a music festival. He was the last artist to come on stage. I was amazed at how the huge crowd seemed to know every single one of his lyrics. The atmosphere became electric, a truly spectacular moment.
    Then the following day I read an article in newspaper that declared he had been booed of stage.
    I understood that day that the press doesn’t like Kanye, no matter what he does.
    Right now in his life, he needs help, and to reconnect with his true self.
    And the press does not help with that.
    No one, believes he truly supports Trump. Certainly not the black community (that I am part of), nor his fans.

  • Love your honesty Garance! So refreshing and reminds me of some advice my friend’s mom gave us in our teens… told us she married the ‘cool’ guy and that he turned out to be so boring! (Luckily, I ended up marrying a ‘funny’ guy who keeps me laughing.) Glad that there’s nothing to FOMO about.

  • The BEST EVER blog you ever wrote. Absolutely, painfully truthful and authentic. Thank you.

  • Linda Sansores 31 octobre 2018, 11:07 / Répondre

    Please, please write more, Garance :)

    You are an inspiration! I love to read your perspective on things and life.

    ?

  • Chère Garance,
    Cet article ou post m’a touché. C’est juste et drôle et la question est si actuelle pour moi aussi, ça résonne , oui. Je pense souvent à toi , ça fait des années que je lis ton blog régulièrement, tu fais partie des mes copines imaginaires, je l’impression de te connaître un peu plus ou c’est juste mes projections, pas d’importance. J’étais tres touchée et affectée par ton post ou tu parlais de ta dépression. Je pense à toi , car j’ai eu peur pour toi, sincèrement. T’es quelqu’un qui m’accompagne depuis un bon moment. Je n’ai pas bcp de copines , je vis un peu en retrait et je rêve d’avoir une amie comme toi très souvent . Drôle, intelligente, talentueuse et qui a du chien quoi! Prends soin de toi, reste une bonne amie qui t’es, je pense pour bcp des femmes, je ne suis pas la seule , je suis certaine. Je t’embrasse très fort et « présente mes meilleures salutations de pays de gens polis et discrets ( j’ai adoré ce post sur la cure en Suisse , haha et aéroport de Genève et toi en tenue bizarre :)). Love
    Anna

  • The contrasts between the tables made sense. Yes. I think sometimes we need to be disciplined and others we let go or at least allow oneself to relax. Having the ability to be one one side or in the middle etc is a strength and worthwhile celebrating. Thank you for sharing.

  • Thank you for commenting on the person and his current needs. So nice to read something useful and not judge mental. I too hope someone is in his camp to intervene in regards to his health, it’s serious.

  • Le chemin est plus intéressant que le but. Le but te met en mouvement, te fait rencontrer des tas de gens qui sont à des points différents de leur chemin, c’est ça qui est intéressant. Les livres aussi t’offrent la terre entière !

  • keep reaching Garance. You are the next generations Oprah.

  • Merci pour cette tranche de rire.

    Sur la seconde histoire, saches que je partage ton point de vue sur Kanye, mais aussi et surtout sur ce que tu relates des éditeurs, célébrités et autres hit girls qui vivent dans l’oppulence de cadeaux.
    J’ai eu la chance de faire testé ce monde pendant quelques mois, ça semble glamour comme ça pour le commun des mortels, mais c’est trèèès loin d’être le cas.

From the Archives

Career Stories
  • Career Stories
  • This or That
  • Happy Holidays!
  • #AtelierDoréDoes
  • How To...
  • Things I Learned
On Career…

On Career…

dore career profile elizabeth roberts architect

Career / Elizabeth Roberts

10 Rules of Being A Creative

10 Rules of Being A Creative

atelier dore 5 women on monetizing creativity shapes

5 Women on Monetizing Creativity

atelier dore jamia wilson career interview feminist press

Career / Jamia Wilson

CAREER / LYDIA FENET

CAREER / LYDIA FENET

Will Guidara Daniel Humm Atelier Dore

Will Guidara and Daniel Humm Make It Nice

private investigator atelier dore

Careers / Private Investigator

Career / BJ Topol

Career / BJ Topol