california-dreaming-garance-dore

3 years ago by

Photos

Erik Melvin

Mais qu’est-ce qui se passe avec LA ?

J’y ai passé mon mois de Janvier et en suis revenue avec des étoiles (ou plutôt des rayons de soleil) dans les yeux et j’y ai envoyé Brie et Erik récemment pour nous ramener plein de belles photos ensoleillées, et vous auriez dû voir Erik à son retour, bronzé, heureux, et prêt à aller s’y installer et fonder une famille (commencer par prendre un chien, quoi).

C’en est presque énervant, tous ces gens qui n’ont que Los Angeles à la bouche.

On n’avait pas dit que c’était superficiel, lent, loin de tout et en embouteillage permanent ?

Oui, mais quelque chose a changé, et je ne pense pas que ce soit LA, bien que les vagues de nouveaux arrivants en quête de healthy lifestyle soient probablement en train d’altérer la mentalité de la ville.

Ce qui a changé, j’ai bien l’impression, ce sont nos aspirations. Au début j’avais presque du mal à l’avouer, que LA me faisait de l’oeil. J’avais presque l’impression de dire que j’étais sur le point de prendre ma retraite, comme on descend en Floride ou dans le Sud de la France pour se la couler douce. Puis je me suis rendu compte que l’énergie, bien que complètement différente de celle de New York, était bien au travail, à la créativité et à l’innovation.

Mais c’est vrai, que nos aspirations ont changé. Ce mouvement qui fait qu’en ce moment on a envie de prendre soin de soi, de faire de l’exercice, de faire des choses en plein air, des retraites de yoga… Et de boire des green juice, ce que les gens font à LA depuis des années. Qu’on a envie de moins de vêtements, mais de plus d’expériences (à LA on passe la moitié du temps en pantalon de yoga à aller d’une activité à l’autre). D’une mode différente, d’un luxe vrai et respectueux (beaucoup de choses s’y passent, à ce niveau-là, on vous en reparlera) et d’une vie qui valorise autant l’intérieur que l’extérieur (à LA, contrairement à New York, on a de l’espace ! On ne passe pas son temps dans les restaurants, on reçoit à la maison !!!).

Tout ça, plus une météo éternellement stable et lumineuse alors qu’on se les gèle à New York (la semaine dernière, j’étais encore en manteau et col roulé et j’en pleurais d’indignation), il n’en fallait pas plus pour que ce soit la ruée vers LA.

Pas mal, non, ce tableau de la ville parfaite ?

Vous venez, on y va ?

Voilà pourquoi j’ai beaucoup ri l’autre jour quand, parlant avec une copine qui avait sauté le pas de l’installation sur la côte Ouest, elle me racontait ses déboires.

“Je rentre à New York !”

“La ville me manque, les gens, l’énergie. Là-bas, tout est lent, c’est hyper dur de rencontrer des gens, je me suis sentie seule et je me suis ennuyée. Et puis ça va, hein, après m’être explosé le nez avec un surf, avoir fait trois hikes et passé quatre heures coincée dans ma voiture, j’en suis revenue de la “vie en plein air”. Quant à la météo, voici une chose que je suis bien contente d’avoir appris : j’adore les saisons ! J’aime avoir froid, j’aime attendre le printemps, j’adore l’automne, comment peut-on vivre sans l’automne, hein ? Comment ?

Et tu sais quoi ? J’adore te croiser dans la rue ! Tu crois qu’on se serait croisées à LA ? Pfffffffff jamais !

En deux ans, tu veux savoir combien de gens j’ai croisé dans la rue ? ZERO. Je n’ai jamais marché dans la rue d’ailleurs. Ça va, c’est bon, LA, j’abandonne. Bien contente d’avoir tenté en fait, juste pour avoir le bonheur de savoir pourquoi j’adore vivre ici, à New York.”

Ça m’a rappelé l’exode parisien à Marseille, il y a des années de cela, quand les Parisiens en quête d’une vie moins stressante, moins chère et plus “vraie” (le truc qui ne veut rien dire) avaient débarqué en foule à Marseille, faisant monter le prix des loyers et l’irritation des Marseillais, tout ça pour découvrir que non, Marseille ne deviendrait jamais un Paris au Soleil. Marseille resterait Marseille, et pour y être heureux, il fallait l’apprivoiser et s’y adapter, en accepter ses grands défauts et ses belles qualités et… devenir Marseillais. Les Parisiens étaient repartis comme ils étaient venus… Mais avec un amour renouvelé pour leur Paris chéri. Et c’est très bien comme ça.

Donc l’idée aujourd’hui, c’est de vous présenter notre spécial LA avec un grain de sel. On y est allés et on vous a ramené plein de photos et d’histoires que l’on va partager avec vous dans les semaines à venir. Mais ne nous faites pas dire ce que nous n’avons pas dit. LA, oui, on adore. Oui, LA est dans le vent. Oui, on a plein de choses à vous montrer. Et oui, peut-être, un jour, Chris et moi, on ira s’y installer.

Mais le rêve est partout, et c’est comme l’amour ! Il suffit parfois de regarder les choses avec un oeil neuf, une attention renouvelée pour se rendre compte de ce qu’on allait laisser de côté. Et l’on se dit qu’on est pas mal du tout, là où l’on est.

Mais que rien ne nous empêche de rêver…

Vous avez déjà pensé à changer de vie et de ville vous ? Quelles sont les villes qui vous font rêver ? On prépare un sujet sur cette question, donc je serais ravie d’avoir votre point de vue !

77 comments

Ajouter le votre
  • Haaa cet article est tellement juste ! Est ce que ce qui nous attire ce n’est pas tout simplement le changement, la différence ? Parfois ça nous réussi, parfois non et parfois ça nous permet seulement (et c’est déjà beaucoup) d’ouvrir les yeux sur qui nous correspond. Et oui le surf et le yoga n’est pas fait pour tout le monde et c’est tant mieux ! :)

    Amélie – Charles Ray and Coco
    https://charlesrayandcoco.com

  • Je vis depuis moins d’un an à Bruxelles. On ne peut pas dire que c’était la meilleure année pour s’y installer (cf. attentats djihad). Néanmoins je suis contente, je vis dans un très chouette coin (Boitsfort), tout près de la forêt et juste en face d’un parc. Hier un canard a volé à 1 m de moi et j’ai trouvé 4 trèfles à quatres feuilles o/.
    Plus que le choix d’une ville, faut-il encore prendre le bon quartier, le bon coin pour poser son nid !

  • Barcelona!

  • I’m just back from LA. When I went, I was looking forward to see the stylish, athletic and beautiful people but I barely met anyone. No one was walking at all! Cars, cars, cars! The weather, however, was a dream :-)

    http://www.lerablogs.com/

  • Hello Garance! un seul petit conseil en guise de comment: lire L. A Story, de James Frey…
    Il y brosse quelques épisodes dans la vie de personnages très contrastés, typiques de LA, qui ne se croisent jamais, mais dont le miroir est d’avoir été attiré par la ville, miroir aux alouettes… (le clodo, le couple de divas hollywoodiennes, la Latino qui réussit malgré sa taille XXL, les petits amoureux qui finissent mal… etc. )
    Et il ajoute ça et là des chapitres plutôt informatifs sur LA. J’ai adoré cette vision sans concession et super à lire sur place, si possible au bord du Pacifique.
    Flavia

  • New-York quand j’ai connu New-York, Hong-Kong quand j’ai connu Hong-Kong, Sydney quand j’ai connu Sydney et Rome depuis toujours (mes origines italiennes) ou la région des lacs dans le Tessin Suisse !
    Ah et on avait aussi eu un petit crush (mais passager) pour Sao Paulo pendant notre Tour du Monde avec mon chéri ;-)
    On ne supportait plus Paris et finalement on a trouvé un équilibre parfait en vivant à 100 mètres de la capitale dans une commune toute verte aux allures de village et notre dreamhouse dans le Morvan en Bourgogne. Pour rien au monde je ne retournerai à Paris intra muros…

  • Yes! Thought about moving to NY many times!

  • I’ve lived in four countries on three continents, from big cities to remote rural areas. To me, the rural/urban shift is difficult. I’m a city girl. Though I love the country, I really thrive on the energy of the crazy mix of people in a city. I’ve gotten used to the country, and it definitely was good for raising a family, but give me that urban buzz.
    LA never caught my imagination. I love NY and Chicago, but LA?

  • Great article, thank you, I live in the country with easy access to the « city » whenever I want. One hour on the highway and I can be (theoretically – when the stars are aligned and there are no major traffic jams) anywhere and get anything I want. Once in a while I bemoan the fact that I am not near « culture » and « sophistication ». One full day in Toronto or Ottawa, and I am rushing back to the country – literally, tripping over my own feet to get back. The pace is slower and yes, I don’t have the same exposure to all things « hip » but I can breathe. And slow down. And just be. And that’s a valuable thing for me.

  • I’ve done it. I’ve moved to LA but am back again in London. LA is great in bursts. People are way too self obsessed. Appearance is everything (drinking green juice + proselytizing yoga = prescription drug abuser) reality is a dirty secret. LA is the on very edge of the world. But the sunshine …

  • I think the beauty of travel and experiencing and LIVING culture in different places is that it helps you learn what you love. Maybe it’s there. Maybe it’s not. But you’d never know until you tried :)

    http://www.dressupchowdown.com

  • Je ne me rappelle pas exactement c’était quand mais dans ton précédent article sur ce sujet (changement de vie et d’horizons) je m’étais sentie totalement identifiée par cette necessité de changer d’air. Aujourd’hui quelques mois plus tard, ce sentiment est toujours aussi présent et même plus fort. La seule différence peut être c’est que paradoxalement ces derniers temps je profite plus de Barcelone, comme si le fait de savoir que je vais partir me fait apprécier encore plus la vie ici. C’est comme si la date de péremption ici ètait arrivée à terme et que les mois qui me restent ici (j’espère…) je les vis plus détachée, plus à l’aise, avec plus d’affection envers tout et tous. J’ai l’énorme chance que mon mari est dans le même état d’esprit et on s’est promis l’un l’autre de ne faire aucun compromis avec ce sentiment de « ma place n’est plus ici » (qu’on a depuis deux ans quand même). J’adore cette ville, j’adore la qualité de vie ici mais ça n’est plus pour moi. En tout cas plus maintenant, peut-être que d’ici quelques années ça reviendra. On a donc décidé de tout miser sur une nouvelle vie quelque part d’autre. Un peu fou comme idée mais on est persuadé que ça nous donnera une bouffée d’air frais. Et notre fils de 7 ans est super partant aussi, en tant que maman ça me tient vraiment à coeur de montrer d’autres manières de vivre à mon fils, d’autres horizons.
    On verra…

  • I moved from Shanghai (after almost 9 years) to Berlin a couple of months ago, what a mega change in pace! Everything is so much slower here… But it’s brilliant and I love it!!

  • I love NYC, the energy, the options, you can have any lifestyle you want, not just the trendy/hip/super pressure one, it’s not the city forcing those things on people, but people themselves. My next point is a little harsh and apologize for it, but this is my feeling as a hardcore NYC, so here it goes, there’s not enough space for the people who love it here, so those who don’t should go, and make space for the ones who do…

  • therese 9 mai 2016, 1:32

    Ha Jessica, I sometimes feel the same for LA. I’m born and raised LA girl and now it is seems so full of people who want the LA experience but don’t want to treat it well. We don’t all do yoga all day and drink green juices. There is a privileged class like I assume there is in NYC that lives that perfect life where it all seems so dreamy.
    The everyday people are working hard to find time to enjoy the sunshine. Many of us do walk and ride bikes but you won’t see that in the congested areas for fear of our lives. Life is like it is everywhere else but with way more sunshine. Even an LA person needs some rain once in a while so paradise status is for vacations.

  • Hmm, what an interesting post. You don’t necessarily have to leave New York to find the lifestyle that you are aspiring to. I’m a bloom-where-you-are-planted kind of person. I live in Texas and spend my time in yoga pants going to the yoga studio, surfing, and drinking green juice! I love green juice, and no prescription drugs for me, please. It’s a nice life! I was just thinking about it, and a good amount of the people at my yoga studio have moved here from New York, where they also have yoga, surfing, and green juice. :)
    Likely By Sea

  • I’m so lucky to live in Lisbon, what I consider an European version of L.A. The weather is mostly great, it has a lot of culture, great beaches, good, healthy food and it’s safe. That counts a lot in my books today! That said, I love L.A. too, it’s just to far from everything. Also, I live an hour away from our country/beach house, so I cannot complain. I’ve lived in Mozambique and South Africa, and although I miss Africa a lot, this is where I should be now at this stage of my life.
    xxxIsabel

  • I like that you snuck in a little relationship gem — that sometimes, we just need a new perspective. To look at things with fresh eyes.

    We’re taught to hold out for « the best » person for you, the best relationship, not to « settle. » But what if it’s not something you find, what if it’s something you create? I’ve been thinking a lot about that lately, the power of choosing to be with someone and build a great relationship together. Maybe it sounds less romantic, but in a way, maybe it’s almost more romantic to say I choose you, let’s create something amazing together.

    Just a tangent! Nothing to say on LA vs New York, except a hearty endorsement for changing cities sometimes as it can really change your perspective. And sometimes I think we need to give ourselves these little life pinches to wake ourselves up.

  • C’est peut-etre une question d’age, car autant j’aime l’atmosphere et l’energie de la grande ville, autant elles m’inquietent, j’ai l’impression de « ne pas suivre », je suis vite fatiguee par le bruit, les odeurs, la foule, etc……

  • Fabienne 9 mai 2016, 12:38 / Répondre

    Je suis hyper heureuse de vivre dans 3 villes (San Francisco, Paris et Marseille) où j’adapte mon style de vie pour n’en prendre que le meilleur. Meme mes petits appartements sont le reflet de leur ville. Et mes amis voyagent aussi pour m’y retrouver.

  • I’ve lived in LA county for 20 years, and I’m disheartened by the current housing crisis. I lived on the Venice Boardwalk and later in West LA in the late 90s when rents were reasonable and young people didn’t have to have trust funds, work for tech companies or live with 4 roommates in order to afford a one bedroom apartment and live reasonably well. I was able to rent on the west side while going to grad school at UCLA without drowning in debt, which is nearly impossible today since most young people in LA spend on average 47% of their income on rent.

    Please think long and hard before you move here. It might be easy for you to afford it, but will the people on your team be able to survive and thrive in a city that is now rated as « the most unaffordable city to rent in America »?

    http://www.salon.com/2015/04/05/the_incredible_shrinking_megacity_how_los_angeles_enginereed_a_housing_crisis/

    http://www.scpr.org/blogs/economy/2015/01/15/17806/la-residents-need-to-make-34-an-hour-to-afford-ave/

  • Dear Garance:

    What a timely post! I agree. I love LA and love where I live. I think it is all about your mood, not exactly the city, and the opportunities you have, such as job, friends and love life. To me, whenever I travel, I fall in love with the place and tell my husband I want to move there. I think we love places when we visit, but living there is completely another story. I remember when I first went to LA and stayed in Santa Monica, I was so in love with the place and wanted to move there on the spot. My husband, who is American and knows the cities very well and who knows me, told me to hold my horses hahaha. Now, I visit but I realized that I wouldn’t want to live there, still I love to visit. The same happens when I visit Miami, I love it but after going there so many times, well, maybe living there wouldn’t be an option. As time has gone by, I have also realized that I love seasons, specially THE FALL! yes, I agree with your friend. Still, I am not a big fan of the Winter, so that is when I travel to other places. Ah, there is no place like home, where it is, be it a new country that has adopted you, or your hometown. Home is where the heart is.

  • LA is huge! It’s not all centralized from its history of people commuting to Los Angeles from the suburbs, as a result there are so many neighborhoods beyond LA proper that contribute a lot to the meaning of LA. My thought is- to appreciate LA, don’t be an LA-ite, there is far too much culture just outside the doors of LA proper, and I think that being open to visiting those places is what gives the city so much charm. Go appreciate the drive down the Orange County Coast towards San Diego., go appreciate the eccentric vintage/retro 4th Street in Long Beach, go see the Pageant of the Masters (Tableaux vivants!) in Laguna Beach (a history derived from costume makers in LA who wanted something to do in the summer), go take a hike in Palos Verdes! I strongly feel that people both from here and moving here from elsewhere get the most out of their experience by appreciating just how much is around what we think of as LA. Bring your sunscreen because the sun is strong, but more importantly, bring SINCERITY! Or else, it’s just about being someone skin deep with a nice tan.

  • Kristina 9 mai 2016, 1:27 / Répondre

    Echoing Olive above, I am a Venice native. While my family has been in Venice for only 30 years, that is long enough to have seen my neighborhood’s cottages replaced with an inundation of concrete and steel jewelboxes. I worked on Abbot Kinney up until recently, and had the chance to meet a number of the new residents (many of whom came from NY) of this « new Venice ». With a few exceptions, I was exposed to a great deal of self important and classist people who were in the city with an agenda, just like many of the people who have moved here over the last century.

    LA overall is a city of opportunity, but if you spend enough time here, you will meet a caring, creative, and earnest population — just like anywhere else in the world. And just like everywhere, it takes time and effort to carve out your niche community, because it requires that you strike up conversation and *be interested in the people you meet* — and not just in what the city has in store for you.

    I have had the privilege of meeting people from every class strata and background throughout my life here, and I don’t spend a day in Venice without seeing someone I know, unlike your friend who spent an undisclosed, though I’m guessing short, amount of time here. Garance, the city will welcome you if you welcome people in. Same here, same in Marseille, same everywhere! Stay curious, and you will find yourself a home and a community.

  • Oh, I forgot, I agree with one of the comments that says that you can have that healthy life style anywhere you want. I mean, do yoga, eat healthy, shop consciously, and take it easy with life. I don’t think you have to move to LA to have it!

  • Sunny Side 9 mai 2016, 1:53 / Répondre

    Never LA ! Byron Bay or Sydney, Hawaii, Corsica should be a dream to start a new life ! I will tell you …

  • C’est drôle ça, je suis en train de préparer mon exode à Marseille. Je dois dire que j’appréhende un peu : je sais bien que je ne dois pas m’attendre à retrouver Paris ensoleillé et je connais suffisamment la ville pour savoir à quelle point elle est différente. Je me languis de vie au soleil. Et j’ai mis du temps à me décider, à quitter les commerçants, mes cours de danse, les copains et la famille. Mais le jour où j’ai compris que Paris ne disparaîtrait pas si moi je partais, je me suis lancée. Et puis j’ai vu qu’il y avait des cours de dans à Marseille aussi ;-)

  • Hi Garance!

    This post couldn’t come at a better time as I am currently and very seriously contemplating a move to LA from NYC. Thank you for exploring this topic over a series of posts and I look forward to reading them!!

    x

  • Great post and amazing photo! ;)

    ______________________
    PERSONAL STYLE BLOG
    http://evdaily.blogspot.com

  • LA contains multitudes. Seriously this is an international city with millions of people and cultural influences from all over the world. A lot of people make the mistake of considering LA only from the perspective of the entertainment industry world or the wealthy, white west-siders but if you just look around you or apply yourself even the slightest bit you will find fascinating people and neighborhoods that really have nothing to do with the tired stereotypes about the city. If you stay in certain places or social scenes then, yes, you can find ample evidence to support those stereotypes but LA, just like any place is in large part what you choose to make it. Yes, a lot of people who live here have to drive a lot and the traffic can be insane but there are also a lot of wonderful neighborhoods that are easy and wonderful to walk in and people do it all the time. Like every place there are pros and cons to living here. But the shear amount of choices means that you can find almost anything you want to and be anybody you want to. Just bring your sun protection :).

  • Hi Garance,
    I have changed cities twice. I left London, where I grew up and moved to Paris, the city where my heart is and where I’ve lived most of my life. 6 years ago, I moved from Paris as I was offered a job on the island of Mallorca, where I still live. I’m super lucky because I’ve always dreamed of living by the sea in the sun and I still have professional ties with Paris that I visit regularly for business. For me, this combination is perfect! I enjoy Paris as a tourist (a well informed tourist!) now and really appreciate all that is on offer but my day to day life here is stressless. The sun shines 350 days a year, the island is very cosmopolitan and actually has a lot of culture on offer, not cutting edge but I didn’t come for the culture! I stay because I can have a life style I’m happy with at a reasonable price, it’s safe, I’ve made friends and friends from other parts of the world come visit. Traffic jams are nothing to talk about, the restaurants and bars are fantastic, the sea is like Corsica in places and the countryside beautiful. I didn’t come here with the intention of settling but the idea of returning to live in Paris is just not an option now because la vie douce ici me plaît de plus en plus.

  • I dream of living in the country, in South Estonia where I’m from. Actually I could be in the city in winter. 50/50 would be OK. Just that in summer it’s awful for me to be in the city. :(

    https://sofaundermapletree.wordpress.com

  • Et bien moi c’est New York qui me faisait rêver, comme tout le monde ;-) Jusqu’à ce que je vienne y vivre, et que je réalise le gouffre entre les fantasmes et la réalité d’y vivre au quotidien! Et c’est devenu le sujet de mon blog… Aujourd’hui quasiment trois ans après mon arrivée, j’ai fait la paix avec New York sur certaines choses… Et d’autres chalenges sont venus se greffer! La vie est pleine de surprise, où que l’on vive :-)

  • De Paris, j’ai emménagé à Ajaccio il y a un an exactement! J’adore Paris, j’y vis depuis toujours et j’y reviens régulièrement. Ma famille maternelle est Corse et d’Ajaccio je n’ai connu que les vacances. Il y a plusieurs raisons à mon déménagement: 1/ Le climat! J’adore les saisons mais l’hiver est trop long à Paris!! (et certaines années l’été inexistant). On y manque de soleil, quoi. Ici, même l’hiver on peut aller à la plage (même si ce n’est pas une fin en soi) 2/ Mon mode de vie: j’ai eu un enfant il y a 5 ans. Je ne profite plus de Paris comme avant depuis sa naissance. Plus le temps de voir autant mes potes, de sortir… 3/ Je suis freelance. Je peux bosser n’importe où et j’en avais marre de bosser de chez moi ou de me taper les transports avec tout le monde (qui grogne) pour aller dans un bureau. Du coup ici, j’ai trouvé un co-working – presque inconnu des ajacciens – super dynamique, une société dans les nouvelles technologies qui emploie à 50% des jeunes du monde entier. Je continue de bosser pour Paris, ça ne change rien, et c’est surtout la flexibilité du travail moderne qui m’a donné envie de tester la vie dans une plus petite ville, avec moins de tentations de consommation et moins l’impression de passer à côté de tout (soit à cause des charettes de boulot, soit à cause de la fatigue). Une façon de réduire de manière forcée mon champ des possibles. Bien sûr, j’ai pu me loger pour moins cher dans plus grand, ce qui est un luxe. Pour l’instant j’adore. J’ai totalement conscience des avantages/inconvénients que l’on rencontre dans les 2 villes. Bizarrement (ou pas?), je me suis autorisée à ralentir le rythme depuis que je suis ici, l’environnement compte sur la pression qu’on se met. Mais je ne dis pas qu’un jour je ne reviendrai pas vivre à Paris…l’herbe n’est pas plus verte ailleurs…question de circonstances et d’état d’esprit.

  • Benedicte 9 mai 2016, 4:23 / Répondre

    Pourquoi pas San Francisco ? Ou Londres. Ou Bordeaux. Ou Lisbonne. Ou la côte basque. Ou la campagne finalement. Euh non. Née à Paris, je compte bien y rester. Mais je suis une « privilégiée ». Nous avons les moyens d’avoir un appartement suffisamment grand pour être à l’aise en famille dans un quartier certes pas du tout branché (le 15ème) mais « aéré »(espaces verts et trottoirs larges ; une voiture pour partir en we de temps en temps. Je vais travailler en vélo. Et je peux profiter de la maison de ma famille à la campagne quand j’ai besoin d’air. What else ?

  • Figure-toi que maintenant les parisiens viennent tous (bon, « presque » tous) à Bordeaux. Le problème, c’est qu’ils s’adaptent très bien apparemment (nous, beaucoup moins niveau prix au m2 et embouteillages). Je n’ai rien contre les parisiens hin, mais bon, question budget, ça m’arrangerait qu’ils restent en France (^^) et nous dans notre province.

  • Naomi 10 mai 2016, 4:14

    J’ai tellement ri au « ça m’arrangerait qu’ils restent en France » ;)

  • Pour te paraphraser : à Munich on passe la moitié du temps torse nu/à poil/ en tenue de sport à aller d’une activité à l’autre. Et c’est même pas un mensonge ! J’ai vécu à Munich pendant et cette ville très verte est faite pour les familles mais aussi pour les gens aimant le sport, la nature, prendre soin d’eux tout en travaillant. Bon c’était un peu étouffant au bout de deux ans mais dans les aspirations quand tu parles de L.A, je revois des allemands ou potes expats qui ont quitté Berlin pour vivre la même chose. Mais en moins cool que L.A, faut pas se leurrer non plus^^.

    Emmanuelle,
    http://www.thecuriousportafoglio.net

  • For one and a half years I have been living in Puebla, Mexico, and now I am about to go back to Munich, where I used to live before.
    I can understand your points so well. While being a complete different culture, it’s the same here everytime, same weather, same restaurants,
    hardly any cultural life as the city is soo boring to me. I loved and learned to appreciate Mexico City during this time in Mexico, as it’s the complete opposite of Puebla. But I’m happy to move back to Munich now :-) It’s really funny, when I was visiting California, I thought it would be really a great place to live, especially LA. Same with New York, and in the end I’d say I’d pick LA if I could choose. Love your article!

  • I’m from Paris and LA I grew up between both and I’ve lived in both places and honestly LA is the only place I could ever see myself living. I love it here so much, there’s no place like LA

    Giveaway on my blog!

    http://www.hashtagliz.com/blog/paramount-ranch-caseapp-giveaway

  • Quite simply Paris x

  • Haha! We change locations all the time.. and while I love each place while we are there I can’t wait to experience the next one. Some are as comfy as old jeans and others take a little getting used to… but in the end we love them all. Stay in one place? Forever? No way!

  • I’ve moved to a lot of new cities… Milan, Rome, Frankfurt, Madrid, Barcelona…. I spent six kind of crazy years living abroad. Rome is the only one I still really adore and dream about, but even so, I can remember that it was not so easy to actually live there, to feel like you belonged and weren’t just a long-term tourist, to not let your love for the chaos turn into frustration at the million little daily things that go wrong… So I’m glad to feel like it’s « mine » in some way, and have friends to go back and visit, or welcome here, and not live there anymore. Recently I had to move back to New York for family reasons, and once I did I realized that I was ready to do so, it was the right time. I still don’t really like my hometown of NY, at least I don’t love it like everyone you meet in Europe does, ridiculously! But I guess I’m getting used to it, and to combining my experiences of living in other places to building my own kind of lifer here ????

  • I have often thought about moving to LA. But then either Spring or Fall happens in NYC, and I am like « how could I ever leave?! »

    There is something truly magical about New York that no city, no matter how much I love LA, has ever quite managed to replicate.

  • Eager to try Nashville – easy to live; growing like crazy; fun pace and people.

  • Caroline M. 9 mai 2016, 10:38 / Répondre

    Can’t wait to read more about you guys’ experience in LA! I’m visiting California in two weeks, from San Francisco to LA, so any good spots/must-see will be super helpful :)

    I’m currently living in NYC (it’s been 3 years), unfortunately I have to go back to Paris next July… As I don’t want to go back to France, I’m trying to think about a whole new experience somewhere else in the world — I must say I’m really curious about Australia and living in Sydney… Would love to take the plunge and go but how’s life over there? Is it easy to meet people? Is it similar to NYC in terms of transportation, easy access to activities ?

    Any opinion on living in Sydney would be most welcome and greatly appreciated :))

    xxx

  • I moved to Melbourne, Australia from New Zealand in 1990. Best thing I ever did. Can’t believe how brave I was – no job, nowhere to live, nor did I know anyone! Sometimes you just have to throw a hand grenade at you feet!

  • Emily Lorraine 9 mai 2016, 11:15 / Répondre

    This was the exact conversation I had this weekend with my dear friends. We have all lived all over including California (northern and southern), Europe, and now New York and we are from Canada, the midwest, and the South. In New York its the dance of the streets and the human connections that are unmatched anywhere else. Its just important to get out of the city, to see something else, to experience something new, and to come home and feel in love with New York — as happens to me every time. I’m from Detroit and everyone says its the next New York. There is no such thing. There is only being a part of the dance on and on and on and on.

  • Moi c’est Nogent-le-Rotrou.

  • mosaic_world 10 mai 2016, 12:51 / Répondre

    as an LA native, I don’t know how it would feel to become a transplant here. I think for creatives who are also introverted, it can be a good place. I think Ben Stiller said in a magazine interview that he got a lot of work done in LA b/c you could be anonymous (i.e. not expected to go out all the time). I think that is a really good point.

    if I didn’t live in LA, I would want to choose a place with diverse art but affordable rents. or a place where there is a lot of space, like New Mexico. somewhere that you can cross from the city to a rural/wild area easily and also the land feels beautiful.

  • ça me fait rire tout ça! Moi je suis partie vivre en Espagne (plus concrétement à Valencia) il y a presque 9 ans, et ça a été le coup de foudre. Pour une normande, je pense que ce bain de soleil y a été pour quelque chose…
    c’est une ville magnifique, traversée par une coulée verte et on peut aller en vélo absolument partout! Je n’ai pas trouvé l’équivalent dans d’autres villes. Mais oui, parfois je râle parce qu’il manque des choses, parce que j’aimerais avoir de la neige, plus d’expo, un petit peu de France aussi (aah les expatriés, quand tu es content de partir en vacances, mais content de rentrer à la maison aussi…)

  • Quand j étais petite je rêvais d aller vivre en Californie .j avais 12 ans , je venais de lire un livre sur le style de vie en Californie et cela me semblait si bien . Finalement dans un coin de ma tête , je suis toujours un peu la surfeuse babacool …. finalement je ne suis toujours allée en Californie ( je pense que mon prochain voyage sera un road trip californien et même remonter jusque Seattle ou Vancouver .
    J ai voulu aussi habiter en Inde du Sud, à Pondichey avec la rencontre de français exilés là bas …. j aime quand même les villes prêt de la mer et Marseille à été aussi un coup de coeur … mais non je suis toujours à Paris, avec un belle appartement en région parisienne, un petit parc à côté ou je bronze dans l herbe sans personne et même fait du yoga , car tout le monde a une maison avec jardin autour, et je suis tres bien … Paris centre à 20 minutes , et le calme à côté avec de beaux couché de soleil en été ….

  • Nous avons quitté Paris il y a deux ans, pour nous installer à Bordeaux. Nous avons 3 garçons, et nous avions besoin de prendre l’air, de freiner le rythme de la capitale, besoin aussi d’espace et de nature un peu plus authentique que les squares,parcs ou bois parisiens.
    Bordeaux, c’est petit, c’est assez en vogue aussi, ce qui nous a confortés dans notre choix, c’est une ville (et ça reste essentiel pour nous) mais pas morte. Nous faisons clairement partie de ces parisiens en quête d’une vie plus douce. Ici, cette vie plus douce, nous l’avons, chaque week-end au bord de l’Océan nous ressource comme si nous avions pris 1 semaine de vacances, les apéros et barbec dans le jardin les soirs de semaine nous font décompresser de nos journées en un claquement de doigts. Nous nous sommes mis au surf, tous en même temps, ce qui a soudé nos liens familiaux, car il ne faut pas mentir, nous nous sommes malgré tout, sentis déboussolés, seuls loin de nos potes, et ceci aussi bien pour les enfants que pour nous. Le bilan 2 ans après : même si nous avons pris nos marques et avons fait de cool rencontres, nos amis nous manquent toujours, les problèmes du quotidien ne se sont pas envolés comme par magie, mais nous profitons de moments de qualités, de par les distances et les temps de trajets réduits. Avant, il nous fallait une heure pour aller d’un point A à un point B de Paris, maintenant il nous faut une heure pour aller de chez nous aux merveilleuses plages océanes. Nous avons fait le bon choix, et j’espère qu’il le sera à long terme. Nous verrons bien ce que l’avenir nous réserve ;) (NB : et je comprends que les bordelais se sentent un peu envahis par les parisiens … il y en a beaucoup !!!)

  • Je vis entre deux villes, entre deux pays, j’ai énormément de choses à dire, mais je n’en retiendrai qu’une principale : l’herbe n’est pas plus verte ailleurs (tu dois connaître cette expression bien francophone).
    Alors oui j’adore aller dans ma ville d’adoption, j’en retire et j’apprends plein de choses, mais j’adore revenir dans mon pays de naissance.
    J’ai en fait l’impression de prendre un peu des deux pour être satisfaite, car finalement ni l’une ni l’autre ne me comblent totalement.
    Alors avec les deux, je fais UN.
    Mais je ne regrette rien, je continue ma vie un peu atypique, de toute façon si je devais arrêter l’un ou l’autre me manquerait.

  • Great post!!!
    I am French (from bretagne) but living in Brussels….Which is one of my dream cities (a big village but with a huge cultural offer and a lot of alternative places)…but which lacks sun!!!
    I used to visit Berkeley near San Francisco and fall in love with both of them…And i am dreaming of visiting LA for a few months! Marseille sounds also great!! When I was younger i was dreaming about Berlin but it’s over now …so maybe you’re right there are some fashion phenomena in our ways of dreaming on a city!!

  • I live in a wonderful and pretty house but situated in a very small and conservative town in the Netherlands. My dream would be to move out and go to live in Amsterdam or The Hague. Berlin would be great as well. Follow your heart if your bank account allows you to do so. We only live once ;-)

  • J’ai passé pas mal de temps à LA, surtout avec des gens qui bossent à Hollywood. Et clairement, le climat et la plage, c’est fantastique, mais le côté vie de quartier, vie sans voiture (le trafic est une HORREUR), je trouve ça un peu froid! Contrairement à la Bay Area ou à la Nouvelle Orléans !
    xxx

    Irène
    http://www.cookinginjune.com/

  • Ugh I dream of New York City, I will live there in a couple months and I can’t wait!

  • Dans quelques mois, quitte la Belgique et le centre-ville de Liège après plus de dix ans pour m’installer dans un petit village à 20km d’Avignon et rien que l’idée du projet me remplie de joie.
    On a besoin de soleil. Suffit de voir les terrasses/jardin dès que le soleil pointe son nez : tout est blindé, tout le monde se réunit et est heureux.
    Pouvoir se balader et prendre le petit-dej dans son jardin d’avril à octobre, JE DIS OUI.

  • Yes dreaming of changing cities all the time. I live in Brussels, but I come from the very south of Europe, so I do miss the sun….like A LOT. And sunny weather makes a huge difference. So yeah I am dreaming of changing the city I live in for the last 8 years. Thinking maybe going back home for a year, or move where my boyfriend lives. The question is « what would I do for a living »? cos changing cities means changing jobs, means changing lifestyles. I am dreaming of an epiphany which will arrive one morning and clear the one million things and thoughts that take over more than half of my brain’s space and just go for it. Epiphany are you listening??!

  • Ha ha ! en tant que marseillaise qui vit à Paris depuis plus de 15 ans et qui tente le déménagement pour L.A. en 2017 … comment dire ce post me parle bien !!! thanks for the laugh et pour les jolies adresses from LA !

  • Angie Sz 10 mai 2016, 11:57 / Répondre

    I have lived in LA for 16 years now only because my husband is in the entertainment business and this is where we have to be for him to work. Whenever I go to other cities – NY, Paris, San Francisco, Florence, I love being IN the city, seeing people on the street, taking public transportation, really feeling the energy of the place. While LA has lots of creative energy, there is no place for it to all come together. Everyone is mostly in their individual box (i.e. car) trying to get somewhere. I have met plenty of grounded down to earth people here but there does seem to be a lot of navel gazing among Angelenos’ and it is dreary. I agree about needing seasons… I sometimes think I have reverse Seasonal Deficiency Syndrome – I desperately miss the first chill of Fall, rainy mornings and snow days. To each their own – I know so many people who love it here. I think the ideal is probably city hopping if you have a life to support that. Harder to do with kids in tow!

  • J’ai du mal avec ces gens de LA qui ne marchent pas, polluent à outrance et se croient près de la nature, qui font tous la même chose (moi moi moi je suis mieux que toi toi toi, je suis troooop beau et troooop sain de corps et d’esprit et troooop jeune), alors je sais pas si c’est cliché ou la vérité mais voilà ça ne m’emballe pas du tout du tout.
    Vu de loin, sur le Pacifique San Francisco ou Vancouver ont l’air plus sympathiques, plus ouvertes, plus attirantes. :D

    Sinon je pensais, avec toi = fashion, Chris = jazz, vous = soleil, pourquoi pas Rio/Sao Paulo, Milan/Côme, la Corée du Sud, Sydney/Melbourne…? Mais fashion + jazz semblent tellement éloignés de LA, non ? Ou alors il faut déménager tous les 2-3 ans pour profiter d’un tas d’endroits, voire alterner les zones urbaines des zones natures, ou sinon ne plus être en zone urbaine pour être les pieds dans la nature tout en étant à super proximité de l’urbain pour bénéficier de ses avantages (et sans voiture huhu). C’est ce que j’ai trouvé en Suisse, je ne bougerai plus c’est sur (alors que j’ai bougé tous les 4 ans de 0 à 35 ans, j’ai enfin trouvé mon endroit, yeeaah :D).
    Tes questionnements me font penser à DVF lorsqu’elle a fait des changements de vie, plutôt guidés par l’amour mais pas que, aussi pour goûter autre chose, comme Bali dans les années 80, et Paris dans les années 90, pour mieux revenir à NY la semaine et le Connecticut le WE. Et sinon une maison en bord de mer à Brooklyn ??

  • Mon dieu, oh my god, I love this city ! Thanks to bring me back there

  • I used to live in Budapest and would love to come back, possibly forever. Before that I’d love to try living in Portland, Oregon, or Seattle, Washington. I love that they cycle so much!

  • J’ai vécu un an à Tokyo, une ville où j’avais toujours rêvé d’habiter étant jeune… Et finalement au bout d’un an, j’étais assez contente de rentrer ! Le truc, c’est que je me suis rendu compte qu’aimer une ville c’est une chose, mais qu’il y a énormément d’autres facteurs qui jouent quand on va s’installer quelque part. La vie sociale qu’on aura là-bas, les gens qu’on laisse derrière nous, l’appartement où on va vivre… Je suis quelqu’un qui sort beaucoup, alors me retrouver avec un cercle d’ami très restreint, et devoir faire 1h de transport pour aller dans le centre, c’était dur ! Tokyo était une ville incroyable et une très bonne expérience, mais cela m’a rappelé à quel point, en déménageant, on modifie un peu son identité. Food for thought !

  • Anne Marie 11 mai 2016, 12:24 / Répondre

    I could not find better way to sum it up: https://www.youtube.com/watch?v=64Iod_BMKUk

  • I lived in Tokyo for 6 months and I would love to return and live there for several years! I’m also dreaming of living in Savannah, I’m craving a slower pace and less expensive city (currently in SF).

  • je rêve d’expérimenter NY pour une ou deux années, je prie pour une opportunité :) … Je suis sur le point de me laisser tenter par une première expatriation… À Marrakech. L’appel du soleil

  • Je ne fais que ça. Karaganda – Moscou – Paris – Dakar – et bientôt Vannes. Ma vie est un déménagement infini. Mais j’adore. Je trouve qu’il n’y ait rien de plus enrichissant dans la vie que de changer de vie, de ville (voire de pays), découvrir une nouvelle culture, rencontrer des personnes différentes.. Bref, oui j’ai déjà changé de ville/vie plein de fois et je ne suis pas prête pour m’arrêter!

  • J’ai deux amouurrrssss, mon pays et Pariiiissss :))))
    https://www.youtube.com/watch?v=sHrOV8YorHI

  • Born in Toulouse (France) from Italian parents, in the middle of the country side, moved to Nice with them when I was 7, moved to Milan when I was 18 to study fashion and work for 5 years,then moved to Shanghai for two years and half with my Romanian fiance, create my brands http://www.mavesta.com there, and now living in Dubai since 5 month !! I’ve been really lucky to find a man that loves travelling and living around the world, we are young and we are doing amazing jobs experience, we think about USA as next destination. but for creating our family we wish a peaceful house in the amazing Romanian country side or maybe a bed&breakfast in Costa Rica.. Life is a journey and having the possibility to experience different civilization, is just the most fascinating thinks ever. It brings you so many knowledge and open mind.
    PS : I also lived 3 month in NY

  • Je suis revenue à Bruxelles, la ville où je suis née, le temps de décider où on allait bien pouvoir s’installer définitivement. Après avoir étudié à l’étranger, habité en Nouvelle-Zélande (ou non, le climat n’est certainement pas différent de l’Europe), on est partis six mois se vider la tête avec mon mari, explorer le monde et se poser les bonnes questions.
    En fait, après ce voyage, on n’imagine plus se passer de soleil; on pense à l’Australie..

  • Michelle 15 mai 2016, 6:02 / Répondre

    Even though I visit London regularly for work reasons I now live in a beautiful place in the countryside which gives me the peace,nature,animals and great food I need to feel content and healthy.I appreciate both places for what they have to offer and to choose one over the other would be like saying which is my favourite child!

  • I´ve been living in Cologne, Germany for almost twenty years now.
    Last year my boyfriend and i broke up after a 9 year relationship. I moved to a new apartment in Cologne which i love, but suddenly the city feels too small for all my new plans and dreams. I feel like the city has given me everything it has to offer and that i want to jump into something entirely new.

    Two years ago i spent three months in Munich for work. (i´m a freelancer) I loved it there. The beauty of the city, the Alps so close by, the general vibe of the city just agreed with me. But back then i was still in my relationship and i didn´t really think that moving to another city was an option for me.

    A couple of days ago i went back to Munich for the weekend for the first time since my breakup.
    Once again i really loved it there (even though it rained the entire time!) So yesterday it hit me: Why not move there? I mean why not??

    Of course I´m afraid of leaving my friends behind and becoming lonely, but here in Cologne i´m about the only one amongst my circle of friends who doesn´t have a family and children yet, (I´m 38) so it can get a bit lonely here too!

    I really don´t know where my own courage might take me these days but at the same time i´m so excited by the idea of moving there that i simply can´t ignore it.

    My Yoga teacher said the other day « What your soul wants, wants you too. » So let´s see what will happen. :-)

  • alors… super sujet!! venant initialement de Paris, et aujourd’hui à Londres, j’ai également vécu un an et demi à Berlin que j’ai adoré. aujourd’hui, je rêve de californie, L.A. ou de la baie de San Francisco… on verra bien. ce que j’ai appris en vivant à l’étranger, c’est qu’on y a toujours le cul entre deux chaises : d’un côté on aime le nouveau lieu et ce qu’on est venu y trouver qu’on ne trouvait pas dans sa ville d’origine (de l’excitation renouvelée pour de la nouveauté, de la verdure, du soleil, un boulot plus intéressant ou autre) et de l’autre, nos amis ou notre famille nous manquent, ainsi que nos repères et les 1001 autres choses qui nous constituent! je suis assez d’accord avec un commentaire précédent qu’on est finalement bien avec TOUS les éléments rassemblés… (sans vouloir trop choquer, on pourrait d’ailleurs faire une analogie avec les relations amoureuses…)

    de façon générale, je suis attirée par les villes où il y a une belle lumière, et sans vouloir y vivre forcément, j’aimerais aller à Cape Town, et j’ai aimé Sydney.

  • Cet article est actuellement une véritable torture psychologique (oui, c’est fort).
    Né à Marseille, grandi à Bastia en Corse, j’étudie depuis trois ans sur Paris.
    Une ville belle et vivante, que je ressent pourtant avec un caractère « bitchyness » (le milieu de la communication et de la mode n’y sont peut-être pas innocent). Mes voyages sur la côte Ouest depuis mes 9 ans m’insufflent vos mots à la perfection : des étoiles, de l’amour et un art de vivre solaire (plus too much pour la côte ouest, certes).
    Je souhaite prochainement poursuivre mon parcours vers les Etats Unis, avec la soif de découvrir l’énergie New Yorkaise, l’excitation de l’inconnu, mais une une envie fortement doublé par San Francisco et la côte Ouest, qui me laisse flotter un ressenti de similitudes pour ce que j’ai toujours connu.
    Peut-on complètement apprivoiser l’inconnu ?

From the Archives

Pardon My French
  • Pardon My French
  • DORÉ x THE OUTNET
  • This or That
  • Happy Holidays!
  • #AtelierDoréDoes
  • How To...
Stephanie Danan: Conscious Creation

Stephanie Danan: Conscious Creation

Ian Schrager: Boundary Pusher

Ian Schrager: Boundary Pusher

Carte Blanche: Turning a Creative Passion into a Business - Clare Vivier, Tina Frey and Ellen Marie Bennett garance dore pardon my french

Carte Blanche: Turning a Creative Passion into a Business

atelier dore eric ripert pardon my french podcast garance dore

Eric Ripert: The Fire Inside

Perla Servan-Schreiber: Growing Joy

Perla Servan-Schreiber: Growing Joy

Veronica Poblete: Mother of the Desert

Veronica Poblete: Mother of the Desert

Caroline Belhumeur: A Quiet Sophistication

Caroline Belhumeur: A Quiet Sophistication

CASSANDRA GREY: The Confidence Code

CASSANDRA GREY: The Confidence Code

Fran Hauser: Leading with Kindness

Fran Hauser: Leading with Kindness