1

A Weekend With Disposable Magazine

8 months ago by

Nous sommes devenues fans de Disposable Magazine dès que nous en avons découvert l’existence.

Tout est né d’une idée toute simple et d’une mission claire. Et le magazine expose tant de créativité et d’art. L’équipe (composée de quatre femmes géniales) envoie des appareils photos jetables à des créateurs du monde entier. Le créateur utilise toute la pellicule, 27 images, et la renvoie pour la faire développer. Ensuite, Disposable Magazine publie toute la pellicule avec une interview du créateur et une playlist de sa composition. C’est un vrai mélange de médiums créatifs qui se rassemblent pour mettre en valeur la vision d’une personne.

Nous voulions évidemment nous amuser aussi.

Dans le cadre de notre collaboration avec Disposable, nous avons demandé à plusieurs membres de notre équipe éditoriale d’utiliser chacune une pellicule. Et ce que nous avons remarqué en prenant nos photos, c’est que le fait d’avoir un nombre limité de 27 photos nous as forcées à ralentir, à réfléchir, à attendre le bon moment et à le savourer.

Veronica m’a même dit que certaines des photos qu’elle a prises sont encore gravées dans sa mémoire, comme précisément encadrées. Une conséquence qui ne se serait clairement pas produite si elle avait pris les photos avec un iPhone.

Vous trouverez ci-dessous les résultats de notre collaboration ! Et nous avons discuté avec les fondatrices du magazine pour en apprendre davantage sur leur inspiration, leur processus créatif et leurs photographies préférées de tous les temps.

atelier dore disposable magazine

atelier dore disposable magazine

atelier_dore_x_disposable_magazine-12

Artboard

Linne : Où avez-vous trouvé l’inspiration pour lancer Disposable Magazine ?

Les fondatrices de Disposable : Notre passion pour l’art, les gens et l’idée d’améliorer le monde a été le point commun qui nous a poussées à lancer Disposable Magazine.

L’idée a beaucoup mûri avant de se concrétiser. Anaïs vivait au Japon, d’où elle a envoyé le premier appareil photo jetable à Jakarta, parce qu’elle était curieuse de savoir ce que les gens portaient dans cette partie du monde (en 2009 environ, au moment de la mode des blogs beauté). Il a encore fallu 5 ans pour qu’Anaïs rencontre Chrissy, originaire de Séoul, qui venait juste d’arriver à LA. Ensuite elles ont rencontré Alex et Alaia, qui sont nées à Los Angeles et y ont toujours vécu.

Ensemble, elles ont transformé ce simple geste de curiosité en projet artistique international, et en une publication, toujours motivées par le même désir de voir comment les gens du monde entier voient le monde.

A Weekend With Disposable Magazine

atelier dore disposable magazine

Artboard Copy

A Weekend With Disposable Magazine

Votre mission est de “créer quelque chose de durable en utilisant l’outil le plus humble – l’appareil photo jetable.” Selon vous, qu’est-ce qui dans cet outil – si “jetable” – inspire la création de quelque chose de “durable” ?

C’est une excellente question.

Nous pensons que c’est le temps et l’attention que vous consacrez aux photos de cette pellicule qui donnent ces caractéristiques “durables” à la photo. Par opposition à la photographie numérique, et plus spécifiquement à la photo faite sur téléphone, où vous pouvez mitrailler une centaine de photos pour sélectionner la meilleure.

Quand on utilise un appareil photo jetable, on a 27 photos, chacune d’elle compte, tout particulièrement quand vous allez toutes les montrer au monde.

atelier_dore_x_disposable_magazine-18

atelier dore disposable magazine

En plus de demander à chaque créateur d’utiliser une pellicule, vous leur demandez aussi de confectionner une playlist. Est-ce que vous pouvez parler des liens entre ces médiums (les arts visuels et la musique) et expliquer pourquoi vous pensez qu’ensemble, ils illuminent la vision d’un créateur ?

Au début, nous ne demandions pas de playlists.

Ça a commencé quand nous avons fait un portrait du groupe L.A. Witch et que nous avons voulu montrer leur musique, pour que nos lecteurs puissent écouter les sons de leurs univers. Nous avons adoré cette idée et décidé de continuer à demander une playlist à nos contributeurs, un peu comme la bande-son de leurs pellicules.

Parlez-moi des magazines ! Comment en avez-vous eu l’idée et qu’est-ce qui vous a donné l’inspiration des thèmes ?

Au début de l’aventure, nous nous contentions d’imprimer un magazine par an. Entre le prix de l’impression et le fait que nous étions (et nous le sommes encore) financièrement indépendantes à 100%, nous ne pouvions pas faire plus.

Mais nous avons très vite commencé à recevoir tellement de contenu que le magazine annuel s’est transformé en livre annuel, et a fini par devenir trop gros pour envisager de ne faire qu’une impression par an.

Nous avons trouvé la solution en organisant les contenus par thèmes. Certains reviennent souvent dans les pellicules que nous recevons. Et maintenant, il y a aussi un focus, pour inviter nos contributeurs à partager leurs interprétations du “mot” en une photo ou en une pellicule complète.

A Weekend With Disposable Magazine

atelier dore disposable magazine

atelier dore disposable magazine

A Weekend With Disposable Magazine

Artboard-5

atelier dore disposable magazine

atelier dore disposable magazine

atelier dore disposable magazine

atelier dore disposable magazine

atelier dore disposable magazine

Votre photo préférée de tous les temps et pourquoi ?

Alaia : J’ai énormément de pellicules que j’adore mais parmi mes préférées, il y en a une d’un ami de vieux amis à moi qui a traversé les Etats-Unis en stop et en train. Un de ses proches amis venait de mourir et il a pris le temps d’explorer le pays, de façon très humble, très simple, en rendant visite à des amis un peu partout et en s’en faisant de nouveaux. Il a fini par aller en Europe et en revenir. La dernière fois que j’ai entendu parler de lui, il venait d’avoir une bourse pour faire des recherches dans le sud.

Alex : Il y en a aussi plein que j’adore, mais j’ai beaucoup aimé la pellicule de Leslie Prussia, une professeure de typographie avec qui j’avais travaillé. Elle est allée à Mexico et a partagé avec nous un nouvel aspect de son point de vue et de ce qui l’inspire.

Anaïs : C’est difficile à dire mais je vais choisir Neda Monem de Téhéran. Ce n’était pas facile de lui faire parvenir l’appareil photo jetable et les photos sont magnifiques et en plus, l’Iran tient une place particulière dans mon coeur.

Chrissy : Ma pellicule préférée est celle de Kate Anderson Song, une créatrice de New York. C’était la première fois qu’un contributeur ajoutait son propre style et son propre travail aux photos, pour en faire une oeuvre d’art unique. C’est toujours intéressant de voir les usages très différents qu’ont les gens des appareils photos jetables.

A Weekend With Disposable Magazine
A Weekend With Disposable Magazine

Qu’est-ce qui vous motive pour créer ?

Nous aimons vraiment rassembler les gens. C’est merveilleux de voir les gens prendre des photos et regarder les photos des autres, chacun veut partager une petite partie de son monde.

Qu’est-ce qui attend Disposable maintenant ?

Notre gros projet pour l’année est de devenir une organisation caritative officielle, pour attirer plus de fonds et d’attention. Nous pourrons ainsi envoyer plus d’appareils photos, raconter plus d’histoires, organiser des rencontres et des ateliers créatifs, et même créer un système de bourses et de donations pour certaines causes, certains sujets. Un de nos objectifs est de sortir un magazine par an portant sur un vrai problème dont il faut parler, et de le partager avec le public avec une publication et une interprétation artistique.

A Weekend With Disposable Magazine
A Weekend With Disposable Magazine

6 comments

Ajouter le votre
  • Helene Riverin 20 avril 2019, 5:18 / Répondre

    Cameras jetables???? Humm…pas tres ecolos.

  • Jorge Alexandre Teixeira 21 avril 2019, 4:30 / Répondre

    Loved the Article, Loved it!!!The pictures are just Great!!!
    Reminds me of « Day in the life » diaries, you Know?

  • Naydeline 21 avril 2019, 4:23 / Répondre

    This has to be one of my favorite stories on the site! Such a cool project. There’s something about the images that disposable cameras create that is so nostalgic. I don’t know why people don’t bring them everywhere? Definitely getting a disposable camera for my summer travels!

  • The photographs came up beautifully. There is something so melancholic about film photography. With digital cams, often we just snap, but when it comes to film, we know we’re creating something tangible so you make an effort. Not sure I’ll try a disposable camera, though…a bit worried about the ecological impact. Better to invest in a vintage film cam.

    https://modaodaradosti.blogspot.com/

  • Yes !!!

  • Hi Ivana,

    Thank you for your nice comment and we, of course, understand the concern regarding the environment. That is why we are happy to share with you that our disposable cameras are all refurbished aka recycled. We are also planning on recycling the film roll-case as well in the near future if we can make something work with one of the lead film company.

From the Archives

DORÉ x THE OUTNET
  • DORÉ x THE OUTNET
  • Holiday Gifting
  • This or That
  • Happy Holidays!
  • #AtelierDoréDoes
  • How To...
dore the outnet sophie auster

A Creative Life: Sophie & Spencer

Julie Houts Atelier Dore

The Crown Julie

Sag Harbor Summer

Sag Harbor Summer

A Brand and a Soul: Phillip Lim

A Brand and a Soul: Phillip Lim

Pardon my french pat cleveland garance dore photo

Embracing Your Freedom: Pat Cleveland

Mating in Captivity: Esther Perel

Mating in Captivity: Esther Perel

Friendship, Support and Self-Deprecation: Rose & Laura

Friendship, Support and Self-Deprecation: Rose & Laura

Episode 5: Art of Entertaining: Gad Elmaleh and Alireza Niroomand

Episode 5: Art of Entertaining: Gad Elmaleh and Alireza Niroomand

Pardon My French Garance Dore Isabel Marant Caroline de Maigret photo

Episode 4: La Parisienne with Isabel Marant & Caroline de Maigret