dries-van-noten-coat

8 years ago by

Même si je ne suis pas fondamentalement contre la fourrure (je vous avais expliqué pourquoi ici), j’essaye de trouver des alternatives et jusqu’ici, rien ne m’avait vraiment convaincue. Puis il y a eu ce manteau Max Mara, porté par Carine Roitfeld. Puis ce perfecto Zara. Et puis surtout, j’ai trouvé ce manteau Dries Van Noten.

J’avais tellement craqué lors du défilé que je l’avais commandé en avance (Hystériques Anonymes de la Mode allo j’écoute ?) et franchement, je n’ai pas été déçue. Il tient hyper chaud, il est hyper doux, et mais alors, hyper léger. Et je vous jure, les gens n’arrêtent pas de caresser mon manteau, c’est presque bizarre. Un peu comme avec les cheveux courts : soudain, un inconnu plonge sa main dans votre fourrure… (Argh, ça sonne bizarre en français ? En anglais aussi, je vous rassure) Mais bon, bref, vous voyez ce que je veux dire.

Et en fait, ce n’est pas étonnant, puisque Dries m’a dit (Garance, amie des créateurs) qu’il était allé chercher la fausse fourrure dans une usine de peluches en Allemagne.

OUAIS, JE SUIS UN TEDDY BEAR. Vous me prenez dans vos bras ?

PS: merci à Scott pour la photo!

Lunettes, Céline; Jeans, MiH; Pochette, Mansur Gavriel; Pull, Isabel Marant x H&M; Sneakers, Nike.

156 comments

Ajouter le votre

From the Archives

French Gurus
  • French Gurus
  • Holiday Gifting
  • DORÉ x THE OUTNET
  • This or That
  • Happy Holidays!
  • #AtelierDoréDoes
French Guru / Christophe Robin

French Guru / Christophe Robin

French Guru / Martine De Richville

French Guru / Martine De Richville

french guru valerie espinasse garance dore photo

French Guru / Valerie Espinasse

laura nolte in her words garance dore photo

In Her Words: Laura Nolte

In Her Words georgia graham grarance dore photo

In Her Words: Georgia Graham

joelle ciocco garance dore photo

French Guru / Joelle Ciocco

In Her Words: Lauren Bastide

In Her Words: Lauren Bastide

French Guru / Laura Mercier

French Guru / Laura Mercier

marina khorosh dbag dating in her words

In Her Words: Marina Khorosh