5 years ago by

fernanda de la puente photo garance dore

Vous la connaissez, cette horrible sensation qui vous étreint à l’approche de la fin de l’été ? Certains ont réussi à faire de leur vie un été sans fin, à trouver un travail synonyme de plages ensoleillées dans le monde entier. Sauts de puce sur les îles des Baléares, shooting au Maroc ou road trip sur la Riviera pour un shooting esprit Dolce Vita… Trop beau pour être vrai, non ?

Bref, on s’est dit qu’on allait trouver quelques spécimens de ces gens assez chanceux pour faire ça et leur demander « Comment vous avez fait ? »  (aka COMMENT EST-CE QU’ON PEUT FAIRE PAREIL ?) … ainsi que quelques autres questions.

FERNANDA // Chef & Nutritionniste  comocomo.pe & peelingin.com

Tu te considères comme une « chasseuse de soleil » ?

Je crois, oui. J’essaie de passer du temps dans des endroits où il fait chaud et où je me sens bien ! J’essaie surtout de fuir les hivers new-yorkais…

Comment t’organises-tu pour passer le plus de temps possible au soleil ?

J’ai beaucoup travaillé et passé tous mes week-ends en ville au début de l’été pour pouvoir passer un mois en Europe en août ! Puisque je bosse surtout sur ordinateur (J’écris et je crée des recettes pour des clients, j’ai un blog et j’écris aussi pour celui de Harper’s Bazaar Espagne), je peux travailler depuis n’importe où. Je travaille aussi pour des clients via Skype, donc je suis rôdée !

En quoi est-ce que cela a un impact sur ton mode de vie ?

La lumière et le soleil, ça me permet de me sentir bien, d’avoir des idées, de créer des recettes, de trouver de l’inspiration  pour écrire,  et évidemment, de prendre de magnifiques photos… Je crois que je suis bien plus créative quand j’ai ces deux éléments. J’adore aussi l’océan, pouvoir se jeter à l’eau dès que j’en ai envie, ça n’a pas de prix… rien de tel que de pouvoir faire du yoga en pleine nature, d’inspirer/d’expirer de l’air frais. Je fais du surf – enfin, j’en faisais avant de déménager à NY, donc vivre près de l’océan, c’est toujours l’occasion de renouer avec ma vie de surfeuse décontractée.

Ce que tu préfères l’été ?

Ce que j’adore faire l’été à Brooklyn, c’est me balader dans mon quartier le soir, aller bruncher, traverser le pont en Citibike … Les gens sont beaucoup plus ouverts, l’été… c’est là que je rencontre des gens, que je noue des amitiés qui résisteront à l’hiver. J’aime aussi les petits matins à la piscine de Soho House, quand il n’y a encore personne.

J’aime sortir d’un restaurant après dîner et sentir la douceur de l’air. Sentir cet air chaud, ça me rappelle la Thaïlande et cet incroyable sentiment de liberté, même si je suis à Manhattan.

fernanda de la puente photo garance dore

Penses-tu que ce soit lié à l’éducation que tu as reçue de tes parents ou à ton enfance au Pérou ?

Bien sûr ! J’ai grandi dans une ferme, près de Lima, ma mère cultivait des légumes bio, donc je passais mon temps à me défouler et à jouer dehors. Au Pérou, on allait à la mer tous les week-ends puisqu’on avait une maison de vacances à Paracas (où je continue à aller dès que je vais voir ma famille), à seulement deux heures de Lima. On peut y aller toute l’année, il y fait toujours chaud… J’ai dû prendre des habitudes ! J’ai aussi vécu à Mancora (un spot de surfeurs dans le nord du Pérou) un an après la fin de mes études : la première chose que je faisais en me levant, c’était de me précipiter dans l’océan. Un peu l’équivalent de mon café du matin à New York.

On a l’impression que tu suis le soleil. Tes destinations estivales préférées ?

J’ai une affection toute particulière pour Tulum, au Mexique, mais j’aime aussi Carthagène des Indes, Barranquilla et Santa Marta en Colombie, Nosara au Costa Rica (un endroit magique où j’ai suivi ma formation de prof de yoga Jivamukti).

Tes projets de voyage pour l’été ?

Je pars aux Baléares, en Espagne : Majorque, Minorque, Formentera et peut-être Ibiza. Ensuite, j’ai prévu d’aller en Italie, dans les Pouilles, puis à Capalbio, en Toscane.

Quand tu as besoin de faire un petit break pour échapper à l’hiver new-yorkais, où vas-tu ?

Tulum ! C’est tout près et j’ai plein d’amis qui vivent là-bas donc c’est comme un deuxième chez-moi.

Tes essentiels pour des vacances au bord de la mer ?

CHAPEAU, chapeau, chapeau. Des bikinis sympas, en général péruviens, de chez Toque D’Sol, une crème hydratante pour le corps Cowshed, une crème solaire La Roche Posay, des lunettes de soleil, ma crème à la rose Dr. Hauschka, de l’eau de rose, et puis juste quelques jupes, des shorts taille-haute et des tops courts. Je porte beaucoup de blanc l’été donc j’emporte plein de vêtements blancs. Je ne voyage pas vraiment léger.

Comment ton travail te permet-il de voyager autant, de suivre le soleil ?

Je voyage beaucoup pour mon travail. Je chronique différents lieux et restaurants pour mon blog, et je conçois aussi la carte de restaurants. Cette année, j’ai travaillé à Tulum à la création d’un juice bar au restaurant casa Jaguar, j’ai donc pu y vivre quelques mois. Là, je travaille sur un projet à Lima, au Pérou, et je vais peut-être bientôt intervenir en tant que consultante à Bogota, en Colombie. A New York, j’ai aussi quelques projets. J’ai envie de donner plus de cours de yoga dans les mois à venir, donc j’espère que ce sera l’occasion de voyager pour enseigner dans des endroits sublimes.

 

Summer Chasers

Comme tu travailles beaucoup quand tu voyages, à quoi ressemble une de tes journées-types ?

Ça dépend où je suis : j’aime écrire mon blog tôt le matin (entre 7 et 10 h du matin, ce sont les heures où je suis la plus productive). Quand je suis à NY, j’ai des cours de théâtre jusqu’à 14 h et ensuite, je file à Soho House, où je déjeune, je sélectionne mes photos, je finis d’écrire. Ensuite je rentre chez moi, à Williamsburg, pour faire une recette et la prendre en photo. Parfois je shoote à l’heure du déjeuner dans un restaurant. Je vais à mon cours de yoga Jivamukti à 18 h tous les jours et après, je dîne avec des amis, je vais voir un spectacle ou je vais à une fête.

Quand je voyage, c’est yoga le matin, puis rédaction de mon blog/recettes pour des clients jusqu’à midi. En général je prends des photos plus tard dans la journée ou alors très tôt, au lever du soleil si je suis au bord de la mer ou en pleine nature.

Quelles sont tes astuces pour réussir à te sentir chez toi n’importe où ?

Mon rituel beauté est important : nettoyant visage, crème hydratante, lotion corporelle et parfum. Les odeurs sont très puissantes, et avoir la même odeur où que j’aille m’aide à me sentir chez moi, à me sentir vivante. J’ai aussi une paire de bottes et des chaussures beiges que j’emmène partout, elles me donnent confiance en moi.

Tu crois que tu pourrais renoncer aux voyages et tenir tout un hiver très enneigé à New York ?

Bien sûr. C’est une expérience à vivre. Je l’ai déjà fait, j’ai détesté et adoré ça à la fois. L’hiver, je suis plus calme, plus posée, je suis d’humeur plus introspective que l’été, quand on est constamment distrait par le soleil et les vagues. L’hiver a un côté un peu magique, et je crois vraiment que comme les plantes, les êtres humains sont faits pour vivre toutes les saisons (pas vraiment quand on est péruvien !).

La plus belle plage ?

Les îles San Blas au Panama. On mangeait des fèves de cacao et du crabe tous les jours, on vivait sur un voilier. Les plages étaient INCROYABLES.

Photo par Erik Melvin.

____________________________________________

gray malin photo garance dore

GRAY MALIN // Photographe d’art et fondateur de Gray Malin

 

Il y a un côté tellement lumineux dans ton travail ! Tu te considères comme un « chasseur de soleil » ?

Tout à fait. Je suis attaché à tout ce qui donne la pêche et le soleil est vraiment l’épicentre de la joie, notamment la plage.

Comment ta passion pour l’été a-t-elle influencé ton mode de vie ?

Je considère chaque nouvelle journée comme une escapade, quelle que soit la saison. Mais c’est vrai que l’été est celle qui fait rejaillir la joie et l’espièglerie chez les gens.

Tu as l’impression de construire ta vie autour du soleil ?

C’est vrai qu’il représente une grande part de ma vie professionnelle puisque « A la Plage » est ma collection la plus importante ! Mais j’aime toutes les saisons. Une journée à la montagne sous la neige, ça peut être aussi beau qu’une journée ensoleillée à la mer.

D’où te vient cette passion pour l’été ?

Enfant, je partais en vacances dans un petit village très années 50 au bord du lac Michigan. On passait nos journée à faire de la voile sur le lac, à jouer ou juste à passer de bons moments ensemble, sans Internet ni portable. Ce sont ces vacances qui ont inspiré ma série Sail Away.

Comment t’es –tu orienté vers la photo estivale ?

Mon premier concept aérien, ça a commencé sur le balcon d’un hôtel : j’ai pris une photo en plongée de l’immense piscine en-dessous. Une fois rentré chez moi, je n’arrivais pas à oublier ces photos. Elles m’obsédaient ! Quelques mois plus tard, j’étais à Art Basel Miami et j’ai demandé à quelques hôtels si je pouvais prendre leur piscine en photo depuis le toit. Après avoir essuyé un refus, j’ai trouvé l’alternative : l’hélicoptère. Peu après, déterminé à immortaliser les sept continents, j’ai entamé un grand voyage qui m’a mené à Kauai à Hawaï, Rio de Janeiro, Sydney puis en Europe et en Afrique pour prendre en photo les plus belles plages du monde vues du ciel.

La destination la plus incroyable que tu aies découverte grâce à ton boulot ?

Il y en a plein, mais la série en Antarctique a été particulièrement dure à réaliser. C’était vraiment pénible techniquement, mais je ne regrette rien : chaque photo dégage de la compassion pour ces paysages altérés de la planète.

Il y a aussi les salars de Bolivie, où j’ai shooté ma série Far Far Away. C’est un des endroits les plus fascinants qui soient, j’espère y retravailler.

Tu vis à LA, où il fait toujours beau, mais quelles sont tes plages préférées ?

C’est une question difficile ! Près de LA, j’aime emmener mon chien à Huntington et Laguna Beach, sinon j’aime beaucoup Sydney (Coogee, Bondi, Bronte), Ipanema à Rio de Janeiro et Camps Bay au Cap, en Afrique du Sud.

Où pars-tu cet été ?

Je reviens juste d’un road-trip en Italie, que j’aime tout particulièrement. C’est là que j’ai shooté une de mes collections les plus célèbres, La Dolce Vita. Pendant ce dernier voyage, j’ai immortalisé les nouvelles villes de bord de mer italiennes et revisité certains de mes spots préférés sur la Riviera.

Les trucs que tu emmènes toujours avec toi en voyage l’été ?

Pour une journée d’été au grand air : mon mari, notre chien, Backgammon, une serviette de plage Gray Malin et une bouteille de rosé. Idéal, non ?

Des astuces secrètes quand on part au bord de la mer ? 

Moi j’aime bien rechercher le hashtag de la plage sur Instagram. Parfois, on trouve une mine de conseils, des idées d’endroits où aller ou de photos à prendre.

Tu te vois arrêter de voyager ou est-ce que c’est quelque chose que tu considères comme une constante dans ta vie ?

Difficile de dire aujourd’hui si je « lèverai le pied » un jour, les voyages, c’est une partie importante de ma vie et j’adore ça. Mais j’aime aussi beaucoup rester à la maison. Le fait d’avoir le choix me permet d’apprécier d’autant plus les voyages.

gray malin photo garance dore

____________________________________________

ZIPPY // Mannequin , @zippyseven

 

Tu te considères comme une « sun chaser », quelqu’un qui cherche à être au soleil toute l’année ? Et que penses-tu de ce terme ? 

On fait tous des choix de vie. Et moi, j’ai choisi les plages inondées de soleil, ses chemins sablonneux bordés d’herbe, si possible sur un magnifique cheval monté à cru.

Comment ta passion des voyages et du soleil  se retrouve-t-elle dans ta vie ?

Je suis quelqu’un de paisible, j’aime rencontrer des gens et écouter leur histoire, prendre plein de photos et tenir un journal de bord… quand on voit l’état des océans et des plages, ça donne envie de voyager léger et de ne pas laisser de traces derrière soi.

C’est un mode de vie très particulier. Comment est-ce que tu t’organises pour passer le plus de temps possible au soleil ?

Je suis basée à Paris et NY ou j’ai des clients réguliers et pas mal d’occasions de voyager. J’essaie vraiment de privilégier ce mode de vie que j’adore, et j’accepte la moindre proposition ou idée qui vont dans ce sens.

Quand il commence à faire froid, je descends vite en Australie et en Nouvelle-Zélande où la saison d’été débute.

C’est vraiment une vie géniale ! Dis-moi ce que tu préfères concernant l’été ?

Il fait chaud, les gens sont heureux, on peut passer de longs week-ends à se rafraîchir au bord de l’océan. La vie est plus facile.

Tes destinations estivales préférées ? Est-ce qu’il y en a une en particulier vers laquelle tu reviens toujours ?

Difficile de faire mieux qu’une île. Moi, ça me rassure d’être au milieu de l’océan, sans personne autour.

zippy seven photo garance dore

D’où viens-tu et en quoi tes origines ont-elles contribué à  alimenter ta passion pour le soleil ?

Je viens de l’île de Waiheke, en Nouvelle-Zélande. Petite, je faisais de la voile, je montais à cheval, je chahutais avec mes frères. J’arrive à survivre en ville parce que j’adore les musées et le rock, mais pas longtemps. Très vite, la mer me manque.

Tu es à Paris en ce moment. As-tu des projets de voyages dans les semaines qui viennent ?

J’ai des shootings au Maroc, en Croatie et au Belize, ensuite j’irai à NY pour participer au nettoyage des plages de Long Island après la frénésie estivale.

La meilleure façon de passer une journée d’été à Paris ? 

Paris, c’est vraiment la ville romantique par essence l’été ! Balades le long du canal, pique-niques dans les parcs, musique de rue… il y a de l’amour partout dans l’air. Enfilez une robe fleurie, dansez dans la rue, laissez-vous gentiment draguer !

Les trucs que tu emportes toujours quand tu pars au bord de la mer ? 

De la crème solaire, un chapeau, des livres, un appareil photo, un paréo et des crayons.

Tu peux nous décrire ton travail ?

Quand j’ai été repérée à 15 ans, j’en aurais été incapable, j’ai appris sur le tas à toujours être à l’heure, prête à assister à une réunion, sauter dans un avion ou prendre des photos en sous-vêtements ! Je suis prête à tout quand j’arrive au boulot : on m’a déjà demandé de me mettre à quatre pattes et d’hurler au clair de lune, de me déguiser en Blondie et d’entonner ses tubes ou encore de me blottir contre un jeune poulain. C’est un boulot où on ne s’ennuie pas. Plus on s’investit plus c’est gratifiant, donc passer des heures à la salle de sport ou avaler des jus verts, ça peut mener très loin. Je crois que le plus difficile, c’est de rester fidèle à soi-même et à ses principes.

Est-ce que ton boulot de mannequin te permet de vivre ta passion pour le soleil ?

J’ai de la chance parce que pour un mannequin, je suis petite. Sur moi, les gens voient souvent des vêtements d’été légers, des bikinis, des pièces qu’on n’a pas besoin de retoucher. Et même si j’ai déjà fait un shooting maillot de bain dans la neige, en général, ce genre de plans, c’est dans des endroits exotiques.

zippy seven photo garance dore

La meilleure solution pour résoudre des problèmes de marques de bronzage/coups de soleil/et autres problématiques beauté liées au soleil ?

On se tartine de crème, c’est la seule règle obligatoire si on aime vivre au soleil. Moi, je profite de chaque instant, je laisse la magie des longues journées d’été et de l’iode opérer. Pour tout dire, les marques de bronzage, les poils qui repoussent sur mes jambes, les cheveux qui commencent à faire des nœuds et la plante des pieds qui durcit un peu… tout ça, ça ne me dérange pas.

Pour les coups de soleil, j’utilise de l’aloe vera, et pour bien dormir dans les pays où il fait vraiment très chaud, je dors couverte d’un linge humide.

Ton anecdote de voyage la plus dingue ?

Je faisais de la voile près de l’île Arid, et une nuit de pleine lune, on est partis, à la rame, découvrir une grotte funéraire Maori.

Il restait des ossements sur des étagères.

Une autre fois, en Indonésie, avec le photographe, on a décidé de rester quelques jours de plus après un shooting. A dos d’éléphant, on a traversé des rivières, des villages en pleine forêt… les enfants nous couraient après, les singes nous volaient notre nourriture. J’ai rencontré un bébé Orang-outan orphelin qui ne voulait plus me lâcher, il s’agrippait à mon cou et m’embrassait comme un bébé humain. C’est terrible de constater la déforestation et le massacre d’animaux magnifiques dans ces endroits-là.

Ton partenaire de voyage préféré ? Ton meilleur souvenir de plage avec lui ? 

Je suis tombée amoureuse de Terence Connors, un été à NY… On avait un petit cabanon à Montauk : on jouait de la musique jusqu’au bout de la  nuit,  on dormait sur la plage, on empruntait des vélos et de planches de surf. Bruce Weber nous a shootés ensemble cet été-là. Il nous a conseillé de prendre des photos l’un de l’autre régulièrement. Et depuis, c’est ce qu’on fait.

Une journée d’été idéale : où et comment ?

Faire du bateau entre amis ou en famille. Jeter l’ancre dans une crique magnifique,  sauter à l’eau, nager, préparer un délicieux repas d’été, boire un vin blanc bien sec en écoutant du Jimi Hendrix.

Tu te vois ralentir le rythme de tes voyages un jour ? Et quand tu prendras ta retraite de mannequin, où penses-tu te poser ? 

Oui, quand j’aurai des enfants, il faudra que je me calme, je partagerai mon temps entre Waiheke et Paris… Ce sera toute une aventure !

zippy seven photo garance dore

Photos par Terence Connors.

____________________________________________

29 comments

Ajouter le votre
  • For me it’s not the sun…it’s the change of the season that i love.
    growing up where most of the year was summer..i learned to love winter automne spring …every change of season brings something new …..you eat differently you dressed differently..i find it so much more exciting to know that something new is coming..
    xoxo
    Yael Guetta
    http://www.ftwwl.com

  • That such a lovel way to think of it, Yael :)

  • Ana @champagnegirlsabouttown 6 août 2015, 10:20 / Répondre

    I love this feature and in a nicest possible way- I’m very jealous :) Shame I can’t run a law practice from afar :)
    Ana
    http://www.champagnegirlsabouttown.co.uk

  • Très beau reportage!
    Ma vie me parait soudain bien fade… :-(

  • This text is like a fairytale, seems almost doable. But I think a in order to have this kind of life it´s easy to say & difficult to achieve. Some basic points:
    1. You have to have money ( if you want to live pretty and travel nicely)
    2. Be kinda lonely ( I have 3 kids, 2 cats, service and a home)
    3. Have a partner who has the same lifestyle as you do ( if you want the relationship to last)

    Just thinking….all these people post wonderful, glamorous lifes! I would like an article about people who live normal- more realistic- everyday lifes, with beautiful pictures….yes, but truer…´cause there are!

  • Katerina C 9 août 2015, 4:08

    I agree!

  • I agree with Carlota. Sometimes this kind of post makes me feel like fool for having the life I have. Of course I’d love to be chasing the summer all year long. I wonder whether it’s only a matter of courage, or, like Carlota said, these people just have enough money to do that without risking much. Do they actually live from the money they produce designing a menu for a Mexican beach restaurant or writing a review on their blogs? Do they have their financial situation solved at home, in case the alternative plan fails (I mean, whether they already bought a place, etc)? I love love Garance’s blog. It always inspires me to have a more (well) inspired life, but sometimes I wonder whether the lives of the people she pictures actually exist, or whether it’s just part of the perfect image we all show on the web. It’s frustrating sometimes. Thanks anyways, it’s thought provoking. Lovely pics as always. Mercedes from Buenos Aires.

  • mademoiselle mauve 6 août 2015, 12:41 / Répondre

    plaisir immense de lire ce post ! quelle vie superbe ils savent mener.

  • truly inspirational… especially Fernanda’s interview. it brought warmth to my heart and a sparkle of hope that i can achieve my dream job. i’ve been working tirelessly and have not had any major breakthroughs or recognition of my work as a fashion illustrator as of yet, but i’m not giving up. reading this interview gave me some peace of mind that i once started with when deciding to pursue my dream. thanks for the reminder…!

    kissies,
    stephanie

  • I’m so glad, Stephanie! I will be sure to let Fernanda know xx

  • I agree with Carlotta and Mercedes. The photos are lovely but the text reads like fiction. Having said that, I also love Garance’s blog and her message about being oneself and having an awareness about aspirational images on the web.

  • Bridgitte 6 août 2015, 2:46 / Répondre

    Loved reading this Zippy. Your beautiful loved you deep truthful answers xo

  • Alexandra 6 août 2015, 6:44 / Répondre

    Yes, very fun post, but this isn’t attainable for many people! In order to live life this, you really need to come from money so that whether or not your job is MAKING you money, you always have something to fall back on. I’m sure there are « self-made » people who do create this lifestyle for themselves through hard work and dedication, but for broke schmucks like me, this post just makes me feel kind of crappy! Oh well, I guess I’ll just prepare myself for another brutal New York winter..

  • this was a great read! Loved Fernandas and Zippys

    http://hashtagliz.com

  • ok, but these are rather special and particular lives… Ours are not like that, and it is difficult to feel the same! :-)

  • je vis au soleil constamment pas d’hivers mais ici la peau blanche et signe de richesse, la peau bronzer et signe de pauvreté les gens qui travaillent sur les rizières un vrai paradoxe entre l’occident et l’Asie.
    Le soleil l’aime autant que nous, ses vieux habitués, ce soleil compagnons de chaque jour. Il est frappée sur une joue, à une tempe; IL est frappée sur une partie des cheveux où il y a des mèches plates qui brillent comme des lames d’acier.

  • Belles interviews. Quelle vies de rêve ! J’ai la chance de voyager un peu aussi, mais certaines destinations me sont imposées pour des raisons professionnelles, donc pas que les pays ensoleillés. Je profite des congés pour aller vers le soleil ( Israël, Portugal, Baléares, etc). J’adorerais être sun chaser aussi !

  • Superbe article! Elle est vraiment ravissante !!!

    J’ai crée un nouveau blog nommé l’Atelier Rendez-Vous, qui présente des créateurs avec qui j’ai eu l’occassion d’échanger ou de rencontrer.

    Kisses

    Eva de http://latelierendezvous.blogspot.com/

  • These are the kind of adventures for young people..! And no Carlota, you do not need plenty of money for traveling like them. I am just a student who lives without help from my parents and I manage to discover several new countries every year. I work a lot the rest of the year. But I travel alone and I really enjoy it. If you already have a family, you have lots of obligations and it becomes more Difficult.

    En tout cas Garance, super article qui m’a donné pleins d’idées de destination pour mes prochains voyages ;-)

    http://Sugarsheet.com

  • Thanks for this article! My ultimate goal is to be working from everywhere I want and to be very remote. It’s not so much chasing the sun but more being able to stay longer in places I really miss most of the year because I visit them only once a year. I love how the modern world is changing the job market and I hope soon most of us will be « freedom chasers »
    Best,
    Ania
    http://www.stylecharmer.com

  • I believe Carlota is partly right but also I think it is possible to have this life OF COURSE not as glamorous as it is portrayed here. Most these people seem to have a lot of money, conventional beauty and a life of privileges, not like most of us, mortals. Of course, lucky them, but to set a more realistic tone, you could interview more « normal » people who we can I identify with more.

    I am a Sun Chaser. I have a very simple and low expense life so it is not hard to do it for me so far. My husband and I travel in the US winter to South America. He is a contractor so Winter months are a bit low for him and I am a teacher and linguist so I can work as a freelancer and also teach online courses . We also rent our place through Airbnb and get to save money there. I have a house in South America so that also helps!

    As I said, our lives and values are pretty simple and low cost. I swear by minimalism. No expensive clothes, cars, food or places. Few clothes and few possessions. I think the most expensive possession I have in my lap top :)

    I have a student who is doing the same, and she has a husband and two daughters. They are « taking a year off » in Ecuador. Well, the girls will go to school there and their school here in the US will validate the classes. They have a big house so she told me that with the rent they get from the house, they will pay their expenses. They are also very minimalist kind of people.

    So I guess it is possible, of course, you need some adventurous attitude and to be willing to take the leap.

  • Teresa!
    That is so cool that you’ve managed to create a lifestyle around the sun, what a life!
    xx

  • Regarding Carlota’s and Mercede’s comments: Maybe not everybody lives *exactly* this kind of life, but this isn’t a fairy tale either. I am married, solvent, and have no children by choice. Children would have prevented me living the life I so enjoy living (together with my husband). If this seems like a fairy tale to you, maybe this is not the kind of blog that you should be reading.
    Cheers,
    Miriam

  • Amazing interviews! Thank you so much. Backpack travelling is my dream. I don’t mind chasing after the sun, as long as I have my big big hat xx

  • Fermina Daza 8 août 2015, 6:39 / Répondre

    Beautiful post – but how about a question on « How do you afford this lifestyle? » Absolutely agree with those who said you can add weave in these kinds of experiences without breaking the bank – it’s about prioritizing what matters to you – but that is also not the same as being able to afford jetting off to Tulum/Ibiza/the French Riviera on a regular basis. It’s not a romantic question, but something in the juice bar creating/menu writing/blogging >> plane ticket equation isn’t adding up here.

    Love romance for the sake of romance, but if this blog is about real stories (per the editor’s notes) then I’m not seeing how this fits. We’ve all got Vogue to watch rich people live beautiful lives.

  • J’adore ! Les photos sont magnifiques :)
    xx
    http://stansmithwho.blogspot.fr

  • Great read ! So inspirational !
    I can’t complain though: with our head office based in LA, no needs to chase the sun hehe !

    Xx

    Eva
    http://www.kimemclothing.com

  • Ce post donne vraiment envie que l’été continue. De très intéressants portraits, merci
    https://carolinaetseschapeaux.wordpress.com

  • Helen Maharaj 15 août 2016, 2:32 / Répondre

    I love her outfit in the last photo. I am an aspiring beader. Do you have another photo which shows more of the dress she is wearing?

From the Archives

Holiday Gifting
  • Holiday Gifting
  • DORÉ x THE OUTNET
  • This or That
  • Happy Holidays!
  • #AtelierDoréDoes
  • How To...
Hill City

Hill City

Deb Watson’s Guide to Giving

Deb Watson’s Guide to Giving

The Gift of Giving Gifts

The Gift of Giving Gifts

lessons in gifting steven alan presents expert series garance dore photos

Lessons In… Gifting