DORE_FASHION_HUDSON_3_LOOKS_COLU_4

Three Looks with Colu Henry

3 months ago by

Il y a quelques semaines, Christina, Bogdana et moi, nous avons entassé toutes nos affaires dans une voiture et nous sommes parties quelques jours à Hudson, dans le nord de l’état de New York. La ville est adorable — essayez d’imaginer : une nature verdoyante, une rivière calme, des rues absolument charmantes et des antiquités à n’en plus finir.

Colu est une amie du site depuis longtemps, et c’est une perle. Comme elle habite à Hudson, elle a gentiment accepté de nous montrer ses coins préférés et de nous présenter à certaines de ses amies – un groupe de femmes installées à Hudson vraiment unique que nous allons vous présenter chaque dimanche pendant un mois.

Colu est une auteure, une cuisinière et une créatrice de recettes incroyable. Rien d’étonnant à ce qu’elle ait réussi à cultiver autour d’elle une communauté aussi forte dans sa ville. Pendant notre shooting avec elle lundi matin, elle a été arrêtée plusieurs fois par plusieurs amis, connaissances et voisins — c’est une impression magique ! Et pour couronner la matinée, elle nous a emmenées dans son cher diner West Taghkanic pour une tasse de délicieux café.

Partez à la rencontre de Colu et savourez votre premier dimanche à Hudson !

atelier dore three looks with colu henry hudson upstate new york

atelier dore three looks with colu henry hudson upstate new york

Qu’est-ce qui t’a poussée à emménager à Hudson, et que préfères-tu dans le fait d’y vivre ?

Nous vivions à Brooklyn avec mon mari et nous voulions désespérément acheter. Nous avons fait plein d’offres et rien ne marchait (il s’est avéré qu’il y a plein de gens avec de gros comptes en banque qui peuvent acheter cash, et ce n’était clairement pas notre cas !). Ça s’est révélé une bénédiction dans notre cas parce que nous ne pouvions pas nous offrir ces appartements sans avoir à travailler pour vivre – une mentalité qui ne me correspondait plus vraiment. Un de nos amis nous a conseillé de regarder sur Hudson, et nous sommes venus sur un coup de de tête. Nous avons tout de suite adoré ce beau mélange d’architecture de style fédéral, victorien ou Greek Revival, et l’ambiance étonnamment Brooklyn. Nous avons fait une offre pour une maison quelques jours après notre première visite, sans connaître une seule personne en ville.

Au début, nous avions prévu de garder notre appartement de location à Brooklyn, mais plus nous passions de temps dans la maison, et plus nous nous faisions d’amis là, moins l’idée de rentrer dans un studio à Williamsburg semblait logique. Mon mari Chad est artiste / ébéniste et comme nous travaillons tous les deux à notre compte, nous avons décidé de tenter l’aventure. C’était il y a quatre ans, et aucun regret depuis. Depuis notre déménagement, nous avons des dizaines d’amis qui ont quitté Brooklyn pour emménager ici à plein temps – clairement, nous ne sommes pas les seuls. Il y a une petite vague migratoire ici pour les freelancers. Nous sommes tout le temps en ville pour des rendez-vous, des évènements, à voyager pour le travail, donc même si nous n’avons plus de lieu permanent pour y passer la nuit (merci à mes chers amis qui ont une chambre en plus), il n’y a pas grand chose qui a changé.

Il y a plein de choses que j’adore dans le fait de vivre à Hudson, mais un des plus gros avantages, c’est de vivre à proximité de fermes, ce qui est un vrai miracle quand on écrit et développe des recettes. J’ai la chance de savoir où poussent mes légumes, d’où viennent ma viande et mes produits laitiers et, en gros, c’est dans mon jardin. Et le fait de vivre en ville est génial aussi pour ma vie sociale, nous nous sommes fait plein d’amis incroyables. Nous pouvons marcher pour aller au resto ou dans un bar, c’était tellement séduisant quand nous sommes arrivés. Ça semblait un bon équilibre, en venant de la ville. Evidemment, maintenant, nous voulons une maison avec un terrain…

atelier dore three looks with colu henry hudson upstate new york
atelier dore three looks with colu henry hudson upstate new york

Tu nous as présenté tellement de femmes géniales à Hudson ! On voit qu’il y a une vraie communauté de femmes inspirantes qui s’entendent bien ici – à quoi est-ce dû d’après toi ?

C’est vrai que c’est une charmante communauté de femmes – je me sens très, très chanceuse. Je crois que beaucoup d’entre nous ont emménagé ici pour les mêmes raisons – avoir de l’espace pour créer, de l’espace, un rythme un peu plus lent, mais nous voulons quand même rester proche de la ville. Nous avons aussi quasiment le même âge, nous avons passé nos années de formation à nous démener à New York, et nous avons enfin trouvé un endroit adapté à nos ambitions et à notre énergie, tout en appréciant le fait que toutes ces années de dur labeur nous ont permis de vivre là où nous le souhaitons, sans avoir besoin d’aller tous les jours au bureau. Non merci !

Ce que je trouve génial, c’est que mon cercle continue de s’étendre avec des femmes tout aussi extraordinaires. Ma voisine d’à côté est aussi écrivaine et elle est devenue une vraie amie – elle a emménagé ici l’année dernière, et une autre de mes amies vient aussi de quitter Brooklyn pour venir ici, elle va ouvrir un restaurant cet hiver. Je crois que les semblables s’attirent et Hudson nous accueille, nous, les esprits créatifs excentriques, les bras grand ouverts. C’est sûr que nous ne sommes pas comme tout le monde.

atelier dore three looks with colu henry hudson upstate new york

atelier dore three looks with colu henry hudson upstate new york

Ton style a-t-il évolué dans le temps ? Et est-ce qu’il a changé depuis que tu as quitté NYC ?

A l’époque où je travaillais dans un bureau, il fallait que je m’HABILLE tous les jours, ce qui était marrant mais c’est aussi devenu fatiguant. Au bout de quatre ans à Hudson, je me suis enfin décidée à trier ces boîtes de vêtements il y a quelques semaines et j’ai quasiment tout donné. Je vais souvent en ville pour des dîners ou des rendez-vous donc j’aime pouvoir me constituer des tenues, et j’ai une marge de manoeuvre créative puisque ça n’arrive pas tous les jours. Au quotidien, à Hudson, ma vie est beaucoup plus tranquille.

En ce moment, je vis dans mes vêtements de Pilates, mon jean ou un de mes nombreux t-shirts Vein of Gold (dessinées par mon amie Rebekah, ils sont géniaux), ou bien je me fais un look complet pour un évènement. Comme je travaille de chez moi, j’ai pu simplifier ma garde-robe de tous les jours et me concentrer sur les parties amusantes. J’adore utiliser mes looks comme une extension de l’endroit où je les porterai.

Tu as une garde-robe tellement vintage ! Quelles sont tes trouvailles préférées ? Des conseils pour trouver du vintage ?

Au fond, je suis une vieille. Les vêtements vintage ont des histoires secrètes, d’anciennes vies – j’aime pouvoir les associer avec des pièces contemporaines, pour les mettre dans un nouveau contexte. Pendant mes études, je me suis aussi spécialisée en comédie musicale et anciens chanteurs de cabaret (oui, c’est vrai), donc je suis profondément entraînée à avoir une vision légère, performative et globalement féminine des vêtements. On peut dire que j’adore créer un bon look. Les vêtements devraient pouvoir être des sujets de conversation.

Une de mes pièces préférées, c’est une robe cocktail vintage en crêpe d’Oscar de la Renta que j’ai trouvée dans l’East Village quand j’ai emménagé à New York en 1999. Elle coûtait à peu près $100 dollars, c’était beaucoup d’argent pour moi à l’époque mais je l’ai gardée et je l’ai même portée au dernier Nouvel An, je l’aime beaucoup. J’ai quelques foulards en soie Liberty de Londres qui me viennent de ma mère, tout comme cette veste en cuir verte. Ce sont des vêtements uniques dont je ne me séparerai jamais. Le pantalon marin que je porte, je l’ai depuis la fac, je l’ai trouvé dans le Garment District à Boston, là où j’allais à la fac. C’est un pantalon disco Angels Flight des années 70 ! J’ai vraiment tendance à conserver les choses. Une amie m’a récemment offert une superbe robe florale en coton Norma Kamali, que j’adore aussi. Ceci dit, je ne pense pas que les vêtements vintage aient besoin d’être des vêtements de créateur. J’ai des robes en coton des années 50, elles ne viennent pas d’une marque et elles sont tout aussi belles. Il suffit de se sentir bien dedans. Dans mon cas, il me faut des robes légèrement sexys qui me donnent l’impression d’être dans un bar d’hôtel, avec un cocktail à la main, ou d’être en train d’organiser un dîner en Provence – j’adore raconter des histoires à partir de mes vêtements. C’est censé être amusant.

Le plus souvent, je fais mes achats en fonction de ma morphologie. Dans la mesure où je suis grande avec des hanches (hola !), c’est parfois dur d’acheter des vêtements vintage, mais je sais ce qui me convient, comme les pantalons taille haute ou les robes cintrées, donc c’est ce que je cherche. J’ai un oeil d’aigle et j’arrive très vite à voir ce qui va aller ou non.

J’aime aussi les les designers contemporains et abordables, commes les robes Dôen, les cols roulés en cachemire Uniqlo, les pantalons Everlane, les combinaisons Lincoln et mes chers mom jeans Wrangler. En résumé, inutile de dépenser des fortunes pour être belle, il suffit d’avoir confiance en soi et un bon sens de ce qui est stylé ou non.

atelier dore three looks with colu henry hudson upstate new york

atelier dore three looks with colu henry hudson upstate new york

Tes plus grandes influences (qui ou quoi) en matière de style, design, nourriture, etc. ?

Pour le style, Frida Kahlo, Edie Beale, Jane Birkin, Katharine Hepburn, le catalogue The J. Peterman (pour leurs textes, LISEZ-LES, ils sont géniaux ! En matière de nourriture et d’écrits : Laurie Colwin, Tamar Adler et Ruth Reichl. Pour le design et l’art, Rachel Beach, Marian Bull, Colleen Herman.

Tu es une chef incroyable. Décris ton dîner idéal.

Un dîner où les gens sont détendus, ils ont un verre à la main et ils profitent les uns des autres. Mes dîners sont devenus très détendus ces dernières temps. Je ne veux plus rien organiser qui soit trop formel, ce n’est marrant pour personne, et puis qui mange comme ça aujourd’hui ?! Donnez-moi une bonne côte de porc, une belle salade toute simple et un peu de vin, et ça suffit. Mon dernier livre s’appelle Please Bring Dessert parce que je ne fais pas de pâtisserie donc, en général, je demande à mes amis d’apporter des sucreries s’ils en veulent – c’est rarement mon cas. Si je peux servir les choses dans leur plat de cuisson, c’est encore mieux. Moins de vaisselle ! Dans la mesure du possible, j’aime préparer les choses en avance pour pouvoir passer du temps avec mes invités quand ils arrivent – ça fait partie du job quand on organise un dîner. Depuis que nous avons emménagé à Hudson, les dîners à la maison ou chez nos amis sont plus fréquents que les dîners au resto. Nous nous écrivons souvent pour savoir qui a quoi dans son frigo et nous collaborons pour les menus. Dans la mesure où nous vivons à environ 15 minutes les uns des autres en voiture, nous dormons aussi souvent les uns chez les autres. Parce que – le vin.

atelier dore three looks with colu henry hudson upstate new york

2 comments

Ajouter le votre

From the Archives

La Plage
  • La Plage
  • This or That
  • Happy Holidays!
  • #AtelierDoréDoes
  • How To...
  • Things I Learned
dore swim beach rockaway summer imani randolph

Monochrome Swim

Beach on the Brain

atelier dore market story hats summer swim

Summer Hats

The Surf Lodge

The Surf Lodge

Net A Porter Atelier Dore

A L.A. Holiday

Down to Earth Swim

Down to Earth Swim

The Sun

The Sun

Sun

Sun

body happy garance dore photo

Body Happy