DORE_FASHION_THREE_LOOKS_SYDELL_MILLER_1

Three Looks with Sydell Miller

2 months ago by

Sydell Miller est une pionnière dans l’industrie du retail, une force de l’industrie de la beauté et une accro du shopping.

Et en plus, c’est ma grand-mère.

Elle m’a appris un nombre incalculable de leçons pendant mon enfance. Parmi ces leçons : l’importance de travailler dur, le fait qu’une glace est le seul dessert acceptable, l’importance “des relations amoureuses”, le fait qu’on ne peut pas avoir trop de chaussures et que la famille passe avant tout.

Lors d’un des derniers voyages de ma grand-mère à New York City, j’ai emmené Bogdana avec moi et nous sommes montées uptown pour passer l’après-midi à nous déguiser. Et un peu plus tard dans la soirée, je me suis recroquevillée dans son lit d’hôtel, prête à enregistrer, et nous avons discuté de ses débuts dans le retail, la manière dont elle a convaincu son mari de la laisser travailler, ses règles pour porter des vêtements sophistiqués et l’impact éternel du style et de la beauté…

dore three looks sydell miller

dore three looks sydell miller

Ton style en 3 mots.
Fun. A la mode. Impertinent.

En quoi ton style a-t-il changé avec le temps ? Est-ce que ça a changé en vieillissant ?
Mon style a évidemment changé en vieillissant. Quand j’avais 20 ans, je m’amusais beaucoup à porter des mini-jupes ou des robes courtes fun. Et beaucoup de bottes ! Mais maintenant, j’ai deux filles adultes et deux petites-filles adultes. Je ne veux pas avoir le même style qu’elles ! Mais je ne veux pas non plus ressembler à une vieille grand-mère. J’ai donc trouvé un style spécifique de vêtements qui sont stylés, confortables, qui me vont bien et qui me mettent en valeur. J’essaie de trouver des choses qui correspondent à mon âge mais qui sont quand mêmes originales et qui montrent que j’aime la vie !

Comment est-ce que tout a commencé avec ta boutique ?
J’ai ouvert ma boutique de vêtements en 1965, à Cleveland dans l’Ohio. Mon mari voulait que je reste à la maison. Mais nous vivions dans un petit appartement et je n’avais besoin que d’une heure pour faire le ménage – je ne savais pas quoi faire ! Il ne voulait pas que je travaille. Mais je lui ai posé un ultimatum : je lui ai dit que si je ne commençais pas à faire quelque chose, j’allais avoir besoin de prendre un amant l’après-midi juste pour m’occuper ! Et c’est comme ça qu’il a fini par accepter que j’ouvre la boutique (rires).

Peu de femmes mariées travaillaient à l’époque – et il y en avait encore moins qui étaient entrepreneures. Encore aujourd’hui, les femmes ont du mal à être prises au sérieux dans le monde des affaires. Les femmes ont simplement besoin d’avoir plus d’opportunités. Nous ne pouvons pas arrêter de soutenir la croissance des femmes !

Et dans mon cas, j’aimais simplement suivre la mode. J’admire les créateurs de mode. Au moment de faire mes achats pour la boutique, j’essayais de trouver des créateurs à leurs débuts. Ils m’inspiraient. Et je ne voulais pas distribuer les vêtements habituels qu’on trouvait dans les grands magasins.

On ne trouvait pas de vêtements stylés et amusants à Cleveland à l’époque. La boutique a donc eu un grand succès.

dore three looks sydell miller

Quel style de vêtements proposais-tu ?
Je distribuais une marque appelée Mr. Pants (ils n’existent plus aujourd’hui). C’était une des premières marques à proposer des vêtements d’hommes adaptés aux femmes. Ils assortissaient les pantalons avec des chemises. Et évidemment, dans ma boutique, je ne respectais jamais les tenues prévues parce que je ne voulais pas que toutes mes clientes se ressemblent ! Je séparais les hauts des bas et je composais mes propres tenues. Et c’était même le nom de ma boutique –Tops & Bottoms !

C’était génial de créer des tenues pour des femmes de la communauté que j’avais toujours admirées pour leurs superbes tenues. J’ai remarqué qu’elles appréciaient mon goût et elles me demandaient mon avis, c’était la partie géniale liée au fait d’être au contact de mes clientes.

Quelle est la pièce de ton placard qui a le plus d’importance à tes yeux ?
J’adore tous mes vêtements, mais j’ai une robe de soirée que j’apprécie tout particulièrement – sans manches, avec des sequins noirs et blancs. Elle est sublime. Le seul problème, c’est que tout le monde m’a déjà vue la porter ! Ce qui veut dire qu’il faut que je la cache pendant au moins six à huit ans avant de pouvoir la ressortir.

Six à huit ans ? Mais c’est de la folie Nana !
Eh bien, je fais ça parce qu’un jour, j’étais à une soirée et une femme est venue me voir en disant : “J’adore votre robe, je l’ai adorée dès que je l’ai vue sur vous l’année dernière.”

Ça m’a blessée – mais j’ai appris quelque chose ! A chaque fois que je porte une robe de soirée, je la mets dans le fond du placard et je les range dans l’ordre où je les ai portées. Ensuite, elles tournent. Comme ça, personne ne peut me faire à nouveau honte (rires).

Tu portes beaucoup de noir et blanc… Est-ce que ce sont les couleurs dans lesquelles tu te sens la plus forte ?
Je crois que la couleur dépend de l’humeur du moment – comment on se sent ce jour-là, la météo, ce qu’on fait…

Le noir et le blanc sont mes couleurs fétiches – je les adore et je me sens bien dedans. Mais je pense que c’est important de mettre des couleurs dans sa vie – c’est amusant et agréable ! Parfois, un joli rose ou un bleu pâle est parfait avec mes cheveux blonds.

dore three looks sydell miller
dore three looks sydell miller

Tu as lancé ta boutique quand ton mari avait son salon de coiffure. Vous avez ensuite lancé ensemble une entreprise dans le secteur de la beauté. Et tu as passé beaucoup de temps dans le monde de la beauté. A quoi est-ce que tu t’identifies le plus, à la beauté ou à la mode ?
Je penche plus vers la mode. Mon premier amour. Les vêtements vous donnent la liberté de marcher fièrement…

Quel rôle joue la beauté par rapport à ça, selon toi ?
La beauté est importante parce que c’est ce qui donne la touche finale au look. Ça ne s’arrête pas aux vêtements, ça inclut aussi le regard, le sourire. Les éléments qui donnent une touche unique.

Je crois que les mondes de la beauté et de la mode sont très liés. Les gens ne se ressemblent pas – leurs manières de s’habiller, de se coiffer, de se maquiller. Je trouve ça triste que la mode dicte un style et que tout le monde se sente obligé de le suivre. La mode et la beauté sont faites pour permettre à chacun d’exprimer sa personnalité !

Est-ce qu’il y a des choses dans ton placard que tu veux transmettre à tes filles et à tes petites-filles ?
Bien sûr. J’aime acheter des nouvelles choses donc tous les ans, je trie mon placard et je donne des choses. J’ai la chance d’avoir d’avoir une petite-fille qui a la même pointure que moi, qui adore aussi la mode et qui peut porter mes affaires !

Note de l’éditrice : Je me sens en effet TRÈS chanceuse d’avoir la même pointure que ma Nana. ;)

Un vêtement que tu ne porteras jamais ?
Les bikinis. Est-ce que j’aime ça ? Bien sûr. Mais pas sur moi !

Une règle de mode que tu respectes ?
Pour finir, je ne cherche à plaire à personne d’autre qu’à moi.

dore three looks sydell miller

dore three looks sydell miller

dore three looks sydell miller

11 comments

Ajouter le votre

From the Archives

Holiday Gifting
  • Holiday Gifting
  • DORÉ x THE OUTNET
  • This or That
  • Happy Holidays!
  • #AtelierDoréDoes
  • How To...
Hill City

Hill City

Deb Watson’s Guide to Giving

Deb Watson’s Guide to Giving

The Gift of Giving Gifts

The Gift of Giving Gifts

lessons in gifting steven alan presents expert series garance dore photos

Lessons In… Gifting