Tub Thoughts

Is Satisfaction the Enemy of Creativity?

2 months ago by

Is Satisfaction the Enemy of Creativity?

La créativité est une amie volage. Elle ne vient pas quand elle est invitée à votre dîner mais c’est sûr qu’elle va se pointer chez vous sans prévenir à 22h en expliquant qu’elle est prête à aller danser et que vous allez l’accompagner !

Pourquoi ?

Cette année, après que deux grosses angoisses de santé dans ma famille et un changement de carrière ont complètement bouleversé ma vie, la créativité est venue frapper à ma porte. Entre les pages de journal intime, les notes dans mon iPhone ou les articles, je ne manquais pas de mots à coucher sur le papier ou un écran. Je prenais des cours de poterie, et je fabriquais des bijoux à la maison.

D’un côté, je savais que cet élan créatif était motivé par ma quête personnelle de trouver des moyens, n’importe quoi, de me défouler et de me distraire. Et d’un autre côté, je ne savais pas vraiment d’où il venait ni combien de temps il allait rester.

Mais depuis que les choses se sont améliorées en janvier, je suis plus heureuse et satisfaite que depuis de longs mois. Et je me suis aussi sentie moins créative.

Et c’est là, quand mon élan créatif a commencé à stagner, que je me suis posé cette question : “Est-ce que la satisfaction est l’ennemi de la créativité ?” D’après ce que j’ai appris, grâce à des recherches et à mon expérience personnelle, on dirait bien que la satisfaction freine la créativité. Qu’elle soit l’ennemie absolue ou non, ça reste à voir.

“Quand tu es trop à l’aise, tu arrêtes de vivre au bord du vide, d’être désespérée. Il y a la satisfaction matérielle, créative et spirituelle. Quand on est artiste, je ne crois pas qu’on ait jamais le luxe d’expérimenter la satisfaction créative. On sentira toujours l’inspiration de créer la prochaine oeuvre”, explique Mary Gabriel, l’autrice de Ninth Street Women.

Mary connaît bien la relation entre la créativité et la satisfaction. Entre la citation ci-dessus et son livre, elle aborde en détail l’équilibre subtil, intentionnel ou non, qui existe entre la satisfaction et la créativité.

La typologie qu’elle utilise pour distinguer différents types de satisfaction est essentielle pour notre analyse. La satisfaction matérielle fait référence à l’argent et à la célébrité, tandis que la satisfaction spirituelle évoque les émotions et la motivation personnelle, et la satisfaction personnelle est essentiellement liée aux oeuvres produites, les livres, les sculptures, les peintures et plus encore. Nous allons nous concentrer ici sur la créativité en lien avec l’art, même si la créativité ne s’y limite pas.

Les artistes de Ninth Street Women sont toutes influencées par leur manque, dans une certaine mesure, de satisfaction matérielle, créative et spirituelle. Si on commence par la satisfaction matérielle, on voit des artistes comme Elaine de Kooning qui vit sous le seuil de pauvreté, ou juste au-dessus au moment où elle atteint des sommets créatifs. Et de l’autre côté, il y a des artistes comme Jackson Pollock qui atteignent la satisfaction matérielle, avec l’argent et la célébrité, et cela peut avoir un effet sur leur satisfaction spirituelle. C’est peut-être une bonne chose que toutes les formes de satisfaction ne puissent pas coexister, tout particulièrement si l’insatisfaction “un peu désespérée” fournit l’élan nécessaire pour réussir.

Dans mon expérience personnelle, je me suis toujours sentie particulièrement créative quand je suis insatisfaite spirituellement. Par exemple, si le spectre des émotions est un circuit de course, alors je me suis arrêtée à chaque point de ravitaillement cette année. Entre les inquiétudes de santé et le changement de job dont j’ai parlé, avec en plus une magnifique nouvelle relation, ces douze derniers mois, mes émotions ont oscillé entre la peur, l’excitation, l’anxiété et la joie.

Et même si je me suis sentie très productive créativement parlant, j’ai toujours détesté l’idée – et je la déteste encore – d’avoir besoin d’être insatisfaite pour être créative. Comme tout le monde, j’ai besoin d’être heureuse mais on dirait que ça ne fait pas du bien à ma créativité.

On trouve l’écho de ce phénomène dans Ninth Street Women.

Grace Hartigan, l’artiste qui a fourni l’inspiration du livre à Mary, a refusé l’état des choses, a rejeté la tranquille satisfaction matérielle attendue pour une femme de son époque, qui était, parce que je ne trouve pas de meilleure expression, entretenue. Pour poursuivre son art, elle a rejeté le confort et elle a souffert de difficultés matérielles et émotionnelles. Ce sont ces niveaux d’insatisfaction, ce “désespoir”, qui l’ont conduite vers son art.

Avec ma discussion avec Mary et son livre en tête, j’ai voulu discuter avec deux artistes que j’admire : Laura Berger, peintre, et Piper Dalton, une créatrice de tricots. Je leur ai posé à toutes les deux la question : “Est-ce que vous trouvez que vous êtes plus créatives quand vous êtes insatisfaites ? Sinon, quelles émotions ont tendance à “attiser le feu de votre créativité ?”

Laura m’a répondu : “C’est une question difficile parce que je crois que je ne suis jamais vraiment satisfaite ! Donc je crois que oui, parce que c’est vrai que j’aime le travail créatif et je sais quand je n’ai rien fait de créatif depuis longtemps. Je deviens très déprimée et stressée… En général, je ne choisis pas le moment où je veux créer, donc toutes les émotions que je ressens ont besoin de me servir pour me pousser à m’y mettre et à travailler.”

Piper m’a répondu : “Je ne suis pas sûre que je dirais que c’est de l’insatisfaction, mais c’est sûr que c’est un certain degré de fébrilité et un désir profond de savoir ce qui vient ensuite. Je trouve aussi que je suis plus créative sous pression, une deadline me pousse tout de suite à m’y mettre.”

Laura et Piper ont toutes les deux souligné le fait que, quand vous êtes artiste, ou quand votre créativité est votre métier, vous n’avez pas le luxe de vous sentir jamais complètement satisfaite. Vous avez peut-être besoin de travailler sur des travaux annexes pour pouvoir payer votre loyer, ou bien vous choisissez quelque chose qui n’est pas votre création préférée parce que vous avez une deadline. De nombreux facteurs, à la fois internes et externes, interviennent pour améliorer ou empirer la relation entre votre satisfaction et votre créativité.

Ça semble déprimant que la satisfaction, sous toutes ses formes, ne puisse pas coexister avec la créativité. Cependant, je veux souligner que satisfaction n’est pas synonyme de bonheur. On peut être heureux et très créatif. C’est différent d’être insatisfait. L’insatisfaction est comme une petite démangeaison qu’il faut gratter.

Voilà ma conclusion : je crois que c’est un peu exagéré de dire que la satisfaction est l’ennemie de la créativité, et voilà. Je pense qu’il est plus correct de dire que le concept de satisfaction a de nombreuses facettes et que, parfois, dans toutes ses versions, il a le potentiel d’augmenter ou de diminuer les niveaux de créativité.

Qu’en pensez-vous ?

Par Addison Cain

4 comments

Ajouter le votre
  • I have experienced this as well — I have never written so much poetry as when I was feeling desperation and dissatisfaction. Spot-on blog entry, Addison. Thank you for this.

  • c’est un fait: le récit du bonheur n’a jamais fait de grands romans…

  • Jorge Alexandre Teixeira 17 avril 2019, 3:44 / Répondre

    Summing up… it think it’s all relative !!!
    But, great topic of discussion, no doubt, *Addie !

    (*Pardon my informality !)

  • Great article Addison! I LOVE that you guys have the CREATIVITY theme this month.
    I’m a creativity advocate, it’s my love number one and I bring it into my private as well as into my professional life.
    Though, I feel constantly restless and once I created a piece (painting or illustration), I’m not happy with it. I lose interest and feel this drive again to create something new, something else. So, in that sense, yes, dissatisfaction keeps my creativity going. Also, when there is a lot going on like in your tough life phase, it fuels my thinking and therefore I feel I have more topics to write about. However, feeling content and happy comes and goes as well but it’s always there – sometimes more, sometimes less. And it’s important and crucial to my creativity as well as I wouldn’t bring up all the energy I need for creation :-).

From the Archives

Shoes!
  • Shoes!
  • This or That
  • Happy Holidays!
  • #AtelierDoréDoes
  • How To...
  • Things I Learned
DAD SNEAKERS

DAD SNEAKERS

The Shoes Have It

The Shoes Have It

Socks Atelier Dore

Sock It!

Mules Atelier Dore

Mules Made for Walking

If the Sneaker Fits

If the Sneaker Fits

Let it Slide

Let it Slide

fashion essential the espadrille atelier dore photo

The Espadrille

bye bye heels garance dore illustration

Bye Bye Heels

White Hot!

White Hot!