People Making Things

Liz Collins

2 years ago by

Liz Collins

Un mot de notre stagiaire éprise d’art, Monica

Par une matinée de printemps froide et neigeuse à NY, je suis allée à Industry City, dans Brooklyn, pour rendre visite à Liz Collins dans son atelier. Liz est une artiste géniale, qui utilise textiles de couleur vive et textures différentes pour créer des motifs dynamiques et des sculptures originales. Vous la connaissez peut-être comme la célèbre créatrice de maille des années 90, qui présentait sa collection lors de la New York Fashion Week et dont les créations étaient portées par Gwen Stefani dans ses clips, ou même dans certains épisodes de Sex and the City.

Installée devant Inferno, une monumentale toile circulaire noire et blanche ponctuée de fibres rouges, jaunes, roses et noires, Liz explique qu’elle adore repousser les limites de son art et créer de l’inattendu avec les textiles. Son objectif : entourer les spectateurs de champs de couleurs vibrantes tout en explorant les frontières, en recréant l’existence du monde comme lieu d’émerveillement et d’énergie cosmique. Elle qui habillait les corps considère désormais l’espace comme un corps tri-dimensionnel à vêtir.

Liz a débuté dans la mode très jeune avant de faire des études de textile au sein de la célèbre école Rhode Island School of Design. Son diplôme en poche, elle a collaboré avec Paper Projects, lorsque Paper Magazine a sélectionné des talents prometteurs qui pourraient exposer dans les tentes de la New York Fashion Week. Elle a fini par monter sa propre marque en 1999 et travailler avec Patti Wilson, David LaChapelle, Lil Kim, Melanie Ward, etc. Vogue a fait la part belle à ses collections qui étaient vendues chez Barney’s.

Son incursion dans l’art a été motivée par plusieurs choses : le mercantilisme de la mode, son intérêt pour l’architecture et son implication dans l’installation Knitting Nation, qui l’a poussée à trouver des modes d’expression artistiques plus libres. De l’époque Knitting Nation, elle dit :

“C’est pour ça que j’ai dit que l’espace était désormais mon nouveau corps, parce que ce que j’avais expérimenté en couvrant le corps de liens, en explorant matières et gravité via les humains en 3D s’était désormais déplacé vers les murs et l’espace tri-dimensionnel … Tout cela en s’exposant aux émotions, aux énergies, aux relations, c’était le même paysage de préoccupations, de fétichisme et d’obsessions, de sexualité, intrinsèquement lié à mon travail, quels qu’en soient la forme ou le contexte … Ça a été un processus très naturel, qui s’est produit peu à peu, à mesure que les choses occupaient plus d’espace dans ma tête, et influaient sur ce qui m’inspirait.”

Aujourd’hui, elle propose d’incroyables œuvres textiles qui mettent l’accent sur les superpositions. Liz crée des visuels chargés en énergie et en émotions en dessinant et en peignant des formes géométriques, des motifs de paysages. Ces toiles sont ensuite tissées dans des usines textiles à Côme, en Italie, et au Pérou. Elle intervient ensuite sur l’aspect et la surface de la pièce, crée une autre surface à l’intérieur de la structure même de la trame.

Elle est actuellement représentée par la LMAK Gallery – 298 Grand Street à New York qui lui consacrera une exposition le 1er septembre 2018.

0 comment

Ajouter le votre

From the Archives

Red Lips
  • Red Lips
  • Holiday Gifting
  • DORÉ x THE OUTNET
  • This or That
  • Happy Holidays!
  • #AtelierDoréDoes
An Ode to Lipstick

An Ode to Lipstick

Sealed With a Kiss (and a Toast!)

Sealed With a Kiss (and a Toast!)

La Bouche Rouge

La Bouche Rouge

red makeup atelier dore beauty

Seeing Red

Whip Lash

Whip Lash

A Beauty Minute with Cyndle Komarovski

A Beauty Minute with Cyndle Komarovski

Bare All

Bare All

maiko kyoto japan geisha beauty makeup garance dore photos

Beauty with a Maiko, Mamefuji

women at work garance dore street style photos

Women At Work