Words Of A Woman

Mary Oliver

6 months ago by

Mary Oliver

Coming Home
By Mary Oliver

Lorsque nous roulons dans la nuit,
Sur la longue route vers Provincetown,
Lorsque nous sommes las,
Lorsque les bâtiments et les pins perdent leur allure familière,
Je nous imagine nous échapper de la voiture qui avance.
Je nous imagine observant tout depuis un autre endroit —
Le sommet d’une des pâles dunes, ou les profonds et anonymes
Champs de la mer.
Et ce que nous voyons, c’est un monde qui ne peut pas nous chérir
Mais que nous chérissons.
Et ce que nous voyons, c’est notre vie qui évolue ainsi
Le long des bordures sombres du tout,
Des lumières qui balaient la nuit,
A croire en un millier de choses fragiles qu’on ne peut pas prouver.
A nous prévenir du chagrin,
A ralentir pour le bonheur,
A tourner au bon endroit,
Jusqu’aux barrières qui battent vers la mer,
Les remous des vagues,
Les rues étroites, les maisons,
Le passé, le futur,
L’allée qui nous appartient
A toi et moi.

Photo courtesy of Rachel Giese Brown, via the Poetry Foundation

1 comment

Ajouter le votre
  • Three things I love from you today. An essay by Garance, a new sourdough baker to follow (I’m a sourdough baker too), and, now, this evocative poem from Mary Oliver. There are so many feelings contained in a few stanzas, and vivid reminders of a place I know well. Thank you.

From the Archives

Shoes!
  • Shoes!
  • This or That
  • Happy Holidays!
  • #AtelierDoréDoes
  • How To...
  • Things I Learned
DAD SNEAKERS

DAD SNEAKERS

The Shoes Have It

The Shoes Have It

Socks Atelier Dore

Sock It!

Mules Atelier Dore

Mules Made for Walking

If the Sneaker Fits

If the Sneaker Fits

Let it Slide

Let it Slide

fashion essential the espadrille atelier dore photo

The Espadrille

bye bye heels garance dore illustration

Bye Bye Heels

White Hot!

White Hot!