The Vent

Sleepless Nights

3 years ago by

Sleepless Nights

“Je n’arrive pas à dormir”, ai-je écrit à mon amie la nuit dernière. “Compter les moutons ne marche plus. J’y suis trop habituée. Et puis, c’est un exercice mental terriblement ennuyeux (je sais que c’est le but).
“Même chose”, m’a répondu mon amie. “Si tu en as marre des moutons, tu peux peut-être compter le nombre de mecs qu’on a dû rembarrer hier soir. Mon dieu, ils étaient vraiment insupportables.”
Et c’est ce que j’ai fait. D’un côté, ce nouveau jeu n’était pas ennuyeux, mais en même temps, c’était un peu douloureux d’y repenser.

Laissez-moi vous donner le contexte, histoire que je n’ai pas l’air d’une personne cruelle qui rejette les gens sans raison. Mon amie et moi étions à une soirée. Dehors. Avec des guirlandes. C’était petit, intime. Nous nous étions retrouvées là par accident, mais un de ces beaux accidents new-yorkais, vous voyez le genre. La musique était géniale. Tout le monde dansait. Les gens étaient contents. Nous étions aux anges.
Je suis consciente du fait qu’une soirée est, par nature, l’équivalent adulte du jardin d’enfants pour que les gens se rencontrent. Et je n’essayais absolument pas de l’éviter. J’adore ça ! Qui n’aime pas une bonne soirée ? On peut tous parler ensemble, rencontrer de nouvelles personnes, se découvrir des points communs en parlant de notre membre préféré des Fab5…. On baisse la garde et on y va !

Mais, au fur et à mesure que la nuit avançait, les approches ennuyeuses non-sollicitées se sont multipliées.
“D’où viens-tu ?” a-t-il murmuré.
Totalement acceptable en soi, sauf qu’il a surgi de nulle part, derrière moi, et qu’il était SI PROCHE que je pouvais sentir sa respiration dans mon oreille. Comme un moustique désagréable. Il m’a tellement surprise que j’en ai renversé mon verre sur mon amie.

Bien joué mec.

“Heee…. Tu as des tickets pour Burning Man ?”
“Humm hello ? Oui, laisse-moi les sortir de ma poche. Non, non, je n’en ai pas”.
“Sûre ?”
“Oui”
“Tu as de l’herbe au moins ?”

Pas de commentaires.

“Hello beauté. Est-ce que tu as déjà porté des bagues ?”
“Non. Quoi ? Pourquoi ?
“Parce que tu as des belles dents.”

Et en parlant de dents, voilà ma préférée.
“Pourquoi es-tu triste ? Tu devrais sourire plus. On va te rendre un peu moins triste.”
Non mais, est-ce que ça a déjà fait sourire une femme ? Celle-ci m’a tellement énervée que je ne veux même pas en parler. Et puis, voir plus haut, j’étais aux anges !!!

Mr. Burning Man m’a interrompu alors que je dansais sur ma chanson préférée de tous les temps pour me demander – vous avez bien deviné – si j’avais des tickets pour Burning Man. Une nouvelle fois.

Sauf que cette fois il m’a marché sur les pieds.

L’autre mec essayait d’accrocher notre regard. Pendant bien plus d’une minute. C’était flippant. Nous regardions de l’autre côté mais dès que nous nous retournions, il nous regardait encore. Et il a suggéré que nous venions nous asseoir à côté de lui en caressant la chaise à côté de lui. Sans blague.
Le concours “on se regarde dans les yeux”, c’est non.

Je ne vais pas continuer la liste. Nous avons passé une bonne partie de la soirée à essayer de clôturer des conversations non désirées. Et pas parce que nous étions méchantes, mais parce que ce n’était pas des conversations sympas. Pas d’esprit, d’humour, d’effort, de talent. Certains d’entre eux étaient, sans gêne aucune, si envahissants que nous avons dû finir par leur demander de nous laisser. J’ai passé 30 secondes avec eux et je me suis retrouvée à leur demander de me laisser. Mais où est-ce que tu penses que ça va aller ?

C’était exaspérant. Si quelqu’un accorde de l’attention et que la personne qui la reçoit montre qu’elle n’en a pas envie, il est temps de partir. Pas grave. Ce n’est pas censé être insultant. Une de perdue, 10 de retrouvées. Et le courage liquide n’est pas une excuse pour se comporter comme un connard.
Ceci dit, c’était VRAIMENT une bonne soirée. Je sais que je n’ai pas donné cette impression, mais c’était une bonne soirée avec quelques personnes désagréables. Mais nous nous sommes aussi fait des amis. Et je suis quasiment sûre que l’un d’entre eux est le mec le plus drôle de NYC (j’adore le sens de l’humour anglais). Nous avons ri, dansé à n’en plus pouvoir jusqu’à l’arrivée des flics, et regardé le lever du soleil avant d’aller nous coucher.

3 comments

Ajouter le votre
  • ha! this reads like a thinly veiled #humblebrag. assuming it’s satire and that’s intentional??

  • My husband heard this trick somewhere, I think it involved clinical research, but anecdotal evidence says it works. Pick a word with no or few repeating letters, and think of words that start with each letter in the word. I rarely reach the end of my chosen word.

  • What about giving guys clues and examples of what you consider acceptable or interesting? Sometimes they just weren’t told precisely, just as lots don’t know how a female body exactly works because none of us, women, dared to explain..
    Poorly translated en French by the way, « courage liquide » for example doesn’t mean anything :(

From the Archives

Friends!
  • Friends!
  • Holiday Gifting
  • DORÉ x THE OUTNET
  • This or That
  • Happy Holidays!
  • #AtelierDoréDoes
Holiday Gift Guide, For Your Girlfriends

Holiday Gift Guide, For Your Girlfriends

Magogodi Makhene, Wayétu Moore, female friendship, dore

How to Make Grown Woman Friendships—A Conversation with Wayétu Moore

Curating Copenhagen’s Art Scene: Anne & Mette Helena’s Kunstsalonen

Curating Copenhagen’s Art Scene: Anne & Mette Helena’s Kunstsalonen

atelier dore clothing renewal

Clothing Renewal

Carte Blanche: Turning a Creative Passion into a Business - Clare Vivier, Tina Frey and Ellen Marie Bennett garance dore pardon my french

Carte Blanche: Turning a Creative Passion into a Business

A Weekend With Disposable Magazine

A Weekend With Disposable Magazine

atelier dore 6 designers on creativity moodboard

7 Designers on When They Feel Most Creative

Sophie On Tour

Sophie On Tour

atelier dore studio visit streicher sisters striiike beauty

Three Sisters on Creative Entrepreneurship