Let's Talk About

The Denial of Death

6 years ago by

The Denial of Death

Je vous jure que ce n’est pas morbide !
Ne vous laissez pas intimider par ce titre.
C’est juste le nom d’un bouquin complètement génial et pas si nouveau que je suis en train de lire
 
Il se penche sur des considérations vraiment intéressantes carrément vitales (pour l’instant).
Et puis, je me dis qu’il est temps que le Prix Pulitzer 1974 refasse parler de lui !
 
Au cœur du livre, l’exploration du « pourquoi » de l’existence humaine. Mais plus que ça (et Freud, si vous aimez), c’est une mise en lumière de notre refus d’accepter notre propre mortalité, même si elle nous torture. En refusant de l’accepter, nous nous empêchons de vivre comme nous l’aurions fait si nous acceptions les vraies possibilités offertes par la mort. (Enfin, un truc comme ça, moi, c’est ce que j’ai compris).
 
En gros, c’est un appel à vivre, à agir. A vraiment vivre la vie dont on a envie et à saisir toutes les possibilités qui s’offrent à nous, à ne jamais regretter une journée passée, mais plutôt à apprécier le poids de chaque moment. Tout ça écrit bien sûr dans un style super élégant et profond (même si parfois c’est un peu trop intello…) 
 
C’est un constat assez puissant je trouve : prendre le temps de vivre vraiment plutôt que de traverser l’existence de façon machinale. Vous ne trouvez pas ?
 
Est-ce que parfois, à la fin d’une journée, il vous arrive de vous demander si vous l’auriez vécue de la même façon si ça avait été votre dernier jour sur terre ? Moi, j’essaie d’y penser davantage…

The Denial of Death, Ernest Becker.

13 comments

Ajouter le votre
  • Mais rien n’est TROP intello, ou alors si peu de choses.
    Au contraire, il y a tellement de futilités produites. Tant mieux si ce livre, que je n’ai pas lu, est un peu « intello ».

  • j’ai du le lire dans une autre vie, dans celle-là j’ai quitté un premier dreamjob parisien pour faire un tour du monde et un second pour retaper une maison à la campagne et faire du DIY handcrafted ;-)

  • There are billions of people on this planet who don’t have the luxury of thinking this way. My experience has been that some people use this philosophy as a way to subtly undermine others’ choices in life. Anyway, to each his/her own.

  • Katerina C 18 juin 2015, 1:56

    Yep, I agree with you. What’s more – it’s not that simple. The best way is to live like it is your last day and in the same time as if you have a thousand more. Because building, creating something more complex takes time. And a professional once told me that the single most distinct characteristic of mental health versus depression is the desire and ability to make long term plans. So when we are healthy nothing is enough, when we are sick or near death we cherish every day. These are instincts, there is nothing we can do about it. Can’t fight nature. And I spent every day admiring everything we create in spite of our fragility.

  • Ten years ago, I had the scary experience of coming very, very close to bleeding to death. In the next few months after that, I realized how unhappy I had become at work. I gave my notice. I found a new direction for my career, and although at times it has brought it’s own challenges, I am always glad that I realized how short life might be and made adjustments accordingly.

    But consciousness of our mortality doesn’t always have to be about big changes. It also can remind us to be kind to one another. Once I saw a bumper sticker: « Life is short; don’t be a dick. » ‘Nuff said.

  • Ca a l’air super ! J’arrive pas à le trouver en français, est-ce que quelqu’un l’a vu ?

  • Great Garance! I wish more people would pose this question. Sometimes, I used to get really freaked out flying. Now, everytime I fly I think of it as a chance to look at my life « renewed » I think about what I did since the last time I took a flight and I ask myself what I would do different in my « next life » AKA after the plane lands! Instead of being freaked out, I find it can be motivating !

  • Love a book review on this blog! Keep ’em coming.

  • Tu me donnes envie de le lire. Et pour répondre à ta question, je crois qu’effectivement, « ignorer » notre propre mortalité fait qu’on ne vit peut-être pas aussi intensément que si on n’avait pas le choix et qu’on allait mourir demain. On croit qu’on a du temps et on a tendance à se dire : « Je le ferai plus tard ». Alors que si son donnait tout ce qu’on avait tous les jours comme si ça pouvait s’arrêter n’importe quand, on profiterait certainement beaucoup plus du temps quotidien. Comme le dit l’adage hein : « Vis comme en mourant tu voudrais avoir vécu ».

  • Yes. Sometimes I do and the answer always scares me, because the answer is NO.

  • My parents died when I was a kid; I almost died twice, at the ages of 21 and 44. I am 50 now, but I have the wisdom of a 90-year-old. I’m not kidding. Despite the difficult times, I have a strength that I have gained that I wouldn’t trade. It’s a gift I wish I could bottle and give away.

  • Denial of Death is a great book. It deserves to be read from time to time.

  • NEADA,
    Thank you for your review. Please keep sharing great reads.

From the Archives

Holiday Gifting
  • Holiday Gifting
  • DORÉ x THE OUTNET
  • This or That
  • Happy Holidays!
  • #AtelierDoréDoes
  • How To...
Last Minute Gifts

Last Minute Gifts

A Gift Guide for Him

A Gift Guide for Him

A Gift Guide for Her

A Gift Guide for Her

Hill City

Hill City

Deb Watson’s Guide to Giving

Deb Watson’s Guide to Giving

The Gift of Giving Gifts

The Gift of Giving Gifts

lessons in gifting steven alan presents expert series garance dore photos

Lessons In… Gifting